Sign in
Download Opera News App

 

 

Examens de fin d'année : le phénomène "BAC whatsapp" persiste-il malgré les sanctions ?

Après plusieurs mois passés en classe à être formés sur les bases de connaissances propres à leur niveau d'études et les cours supplémentaires de renforcements, fort est de constater que le niveau de connaissance et de compréhension de certains élèves laisse à désirer.

En côte d'Ivoire, le niveau du système éducatif est en mal depuis maintenant plusieurs années. La baisse du niveau intellectuel des élèves continue de faire couler beaucoup d'encre et de salive surtout depuis la publication du rapport du PASEC en 2021 donnant à la Côte d'Ivoire l'avant-dernière place du classement des systèmes éducatifs des pays de l'Afrique subsaharienne francophone.

Les raisons de ce échec sont légions.Une des grosses plaies de l’éducation réside dans la fuite des sujets et des fraudes aux examens à petite ou grande échelle. Au chevet du grand malade, toute la pommade et le pansement nécessaires à son prompt rétablissement. Chose qui amène nos autorités à mûrir des réflexions pour l’éradication dudit phénomène sous nos cieux.

Internet peut parfois s’avérer dangereux. S’il y a bien un phénomène qui ne semble pas prendre fin.

En effet, malgré les efforts inlassables engagés par le ministère de l'éducation nationale, de l'enseignement technique et de la formation professionnelle, à travers les amendements des textes régissant les examens, les campagnes médiatiques de sensibilisation et les missions d’experts du niveau national et déconcentré, la tenue d’examens propres et crédibles reste un challenge majeur à gagner.

Plusieurs groupes de personnes impliquant parfois des professeurs contribuent ainsi à la fraude. En charge de ce ministère depuis 10 ans, la ministre Kandia Camara a finalement été remplacé par la ministre Mariatou Koné qui se dit engagé à endiguer ces phénomènes et redonner à la côte d'Ivoire un meilleur visage de son système éducatif qu'elle avait dans le passé.

Le phénomène du baccalauréat Whatsapp continue de prendre de l'ampleur. Les élèves obtensnts ces différents examens n'ont malheureusement pas le niveau requis. Pour les élèves fraudeurs, une interdiction de présenté l'examen allant de 1 à 5 ans et pour les professeurs, l'emprisonnement et la révocation du métier d'enseignant.

Content created and supplied by: LaMontagneInfo (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires