Sign in
Download Opera News App

 

 

Bénédicte Akon( Miss N'zassa) : la beauté Africaine s'allie à "savoir parler sa langue maternelle"

Bénédicte Akon, promotrice du concours de beauté "Miss N'zassa"


Par Richard Gallet

Promotrice du Concours de beauté panafricain Miss N'Zassa, Bénédicte Akon se veut le chantre de la beauté africaine. Pour cette femme au leadership féminin très poussé, parler de la beauté de la femme africaine reviendrait à concilier atouts physiques et le fait de savoir parler sa langue maternelle.  


Devrait-on considérer la langue maternelle comme le critère de choix lorsqu'on évoque la beauté africaine ? Sur la question, l'animatrice de télé Bénédicte Akon est formelle. 


Chez la promotrice de Miss N'Zassa, l'idéal féminin, en matière de beauté africaine, se construit nécessairement par l'apprentissage de la langue maternelle à la jeune fille. 

" Quand on parle de beauté africaine, il y a forcement le fait que la jeune fille comprenne et s'exprime dans sa langue maternelle, assure-t-elle. Le Français, encore qu'elle sache bien s'en servir, ne peut être mis en avant dans le choix qui fonde la beauté de la jeune fille africaine ".  


Avec le vent du modernisme qui a entraîné avec lui la perte de l'emprise des langues maternelles, la reconstitution de l'idéal féminin africain a fait son chemin.  


 " Nous avons vu en ce concours( Miss N'zassa, étoile d'Afrique), l'occasion de promouvoir la culture africaine, en redonnant aux langues maternelles toute la place qui leur convient. C'est pourquoi, au concours Miss N'Zassa, outre les atouts physiques des candidates, cet aspect constitue le critère fondamental de sélection de la Miss", précise la promotrice Bénédicte Akon. 


Le concours Miss N'zassa, étoile d'Afrique qui est à sa 7e édition connaîtra son apothéose, ce samedi 9 Octobre au Palais de la Culture de Treichville. C'est à 16 heures. 


Like et laisse un commentaire

Content created and supplied by: GALLETRICHARD (via Opera News )

akon miss n'zassa richard gallet s'allie

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires