Sign in
Download Opera News App

 

 

Rentrée scolaire 2021 : quand sonne l’heure du défi annuel pour les parents d’élèves

La rentrée scolaire est là, dans quelques jours. Avec elle, sonne l’heure des stratégies à mettre en œuvre par tous les parents d’élèves pour scolariser leurs progénitures.

Qu’on ne s’y méprenne pas : il n’a existé de parents d’élèves qui n’ait jamais connu de stress durant cette période de l’année.

Tous, à quelque niveau que ce soit, connaissent le diktat de cette période qui, bien que connue à l’avance, n’est jamais convenablement préparée parce que plusieurs facteurs, dont la cherté et l’imprécision de la vie, tirent les ficelles.

Si tous les parents d’élèves sont donc conscients des enjeux liés à cette rentrée scolaire, la diversité des bourses fait ressortir des fortunes diverses et la hantise collective de réussir cette rentrée cède la place aux préoccupations individuelles.

Dans tous les cas, il faut trouver de l’argent : pour les inscriptions en ligne, pour les inscriptions physiques dans les établissements, pour les premiers versements de la scolarité, encore ceci, et encore cela.

Pour les banques, c’est la saison des moissons et les nombreux « ouvriers » fonctionnaires sont attirés dans les prêts scolaires.

Alors, en plus du premier prêt personnel ordinaire, le père aujoute cet autre prêt au débit du budget familial.

Qu’à cela ne tienne, « c’est pour nos enfants que nous travaillons » se disent les parents en constituant les dossiers de ce subtil endettement.

Les plus prévoyants résilient, dans les banques leurs « plans épargne logement » à mi-parcours, mais très vite, les fonds des prélèvements de dix mille francs sur dix mois capitalisés ne tiennent pas les exigences de l’enjeu. Un plan B va être mis en route. Lequel ? Le gestionnaire du compte bancaire de ce parent d'élève le lui dira, demain.

Dans les campagnes, la réalité de la rentrée scolaire va aussi avec ces mêmes fortunes diverses chez les paysans. 

Chez eux, en attendant la vente du cacao, du café, de l’anacarde et tutti quanti dont les campagnes de vente ne sont pas encore bien arrimées aux périodes de rentrée scolaire, tel père met telle portion de terre en garantie, ou en vend telle autre.

La mère quant à elle, vend les premières gerbes de riz de la dernière récolte, va au marché avec quelques paniers de victuailles ou encore vend au marchand de pagnes le dernier complet Wax issu de son tour de tontine.

Il faut faire feu de tous bois : les enfants doivent aller à l’école ! Larentrée scolaire. Période de défis, de stratégies multiples pour le bien des enfants.

De bon cœur, les parents rivalisent en ingéniosités pour mettre dans les classes, devant les enseignants, leurs élèves bien-aimés pour leur donner le savoir.

De toute leur gymnastique, les parents d’élèves ont le secret espoir qu’ils mettent dans les mains de leurs enfants, les arrhes que ceux-ci restitueront. Dans un avenir proche. 

Passée cette étape, en bons pères de famille, ils prépareront pour leurs enfants, les fêtes de fin d’année. Puis après…

Honneurs et gloire à tous les parents d’élèves. Bonne rentrée scolaire à tous.


Ouraga Dali Constant.


 

Content created and supplied by: OuragaDConstant (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires