Sign in
Download Opera News App

 

 

Rentrée scolaire : des producteurs de cacao en difficulté appellent l'État à l'aide

Photo archive/ La mévente des produits agricoles a l'origine de la galère des parents producteurs

Ce n'est un secret pour personne. Le monde agricole traverse depuis quelques années de réelles difficultés. Notamment dans le pays profond, nos parents producteurs de cacao et café vivent des jours très difficiles. Leurs produits, seule source de revenus, ne sont pas achetés. Pour ceux qui ont eu la chance de les vendre, c'est à un prix dérisoire que ces produits sont livrés à des acheteurs véreux.

 Cette mévente du cacao et café est un sérieux problème pour les planteurs. Il est aujourd'hui difficile pour plusieurs parents planteurs de faire face aux charges de la rentrée scolaire qui a débuté depuis le lundi 13 septembre dernier. Dans nos villes et villages de l'intérieur, surtout les zones de production de ces deux produits de rente, la rentrée semble utopique. 

A Soubre, Divo, Lakota, pour ne citer que celles-là, la rentrée est timide, comme d'ailleurs dans bien de villes de l'intérieur où l'argent manque en raison du non achat des produits agricoles sur les marchés. Quelques producteurs que nous avons rencontrés dans la Région du Loh Djiboua n'ont pas caché leur indignation face au problème de mévente de leurs produits :

" Nos enfants n'iront pas à l'école cette année parce que nous n'avons pas d'argent. C'est après la vente de notre cacao ou café qu'on a l'argent pour envoyer nos enfants à l'école. Nos produits ne sont pas achetés et on n'a pas d'autres ressources. Quand le gouvernement prend des décisions, il pense que c'est Abidjan seulement qui fait la Côte d'Ivoire. Que les autorités sachent que les parents d'élèves de l'intérieur du pays qui sont pour la plupart des planteurs n'ont pas d'argent parce que leurs produits ne sont pas achetés, ils vivent des situations difficiles. Et qu'ils ne savent pas quoi faire pour inscrire leurs enfants qui attendent encore à la maison. Nous avons besoin de l'aide de l'Etat" s'est exprimé monsieur Dakoury, planteur de son état dans le Loh Djiboua. 

Plusieurs autres agriculteurs ont aussi avancé cette même raison. Ils appellent donc le gouvernement à leur venir en aide en cette période de rentrée scolaire pour l'inscription et l'achat des fournitures de leurs enfants.

J.T

Content created and supplied by: Jose_Teti (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires