Sign in
Download Opera News App

 

 

Arriérés de salaire : cette nouvelle devrait réjouir tous les enseignants concernés

C'est n'est plus un secret. De nombreux enseignants dans le primaire ont déserté leur poste. Ces enseignements, pour la plupart, travaillant dans des conditions difficiles ont fini par craquer. Selon les informations, plusieurs d'entre eux seraient sans logement et même sans salaire depuis qu'ils ont pris fonction. Près de 2 ans voire plus.Lors du débat télévisé sur l'éducation nationale, sous le thème : "Éducation nationale : la contreverse autour du dernier rapport PASEC" le mardi 23 février 2021, M. Silué Nanzouan, directeur de la pédagogie et de la formation continue, a annoncé que les choses vont s'arranger dans les jours à venir. 

" Tous les arriérés des enseignants seront réglés dans les jours à venir. Le ministère s'attèle à régler le problème." a-t-il confié, invitant tous les enseignants déserteurs à regagner leur poste.

Sur le sujet du débat, le directeur de la pédagogie et de la formation continue, n'a pas tari d'éloges sur les actions gouvernementales. Il a estimé que l'école va bien, même s'il y a des efforts à faire. Pour lui, le gouvernement fait sa part, afin améliorer le système éducatif ivoirien. " Nous sommes en train de créer les conditions de travail pour l'école ivoirienne.", a-t-il fait savoir. 

M. Kouassi Konan Noël a, pour sa part, renchérit les propos de son prédécesseur. M. Kouassi Konan a indiqué qu'il y a eu un véritable amalgame autour du rapport PASEC 2019, sans rejetter les résultats donnés par ce rapport. Mais dans un argumentaire imagé par son "fameux verre", il a défendu bec et ongles le bilan actuel du système éducatif ivoirien ivoirien. 

M. Aka Tanoh Édouard de l'Union nationale des Parents d'élèves et étudiants a relevé qu'il y a urgence à réfléchir sur la question. Avant de mettre gouvernement, parents d'élèves, enseignants et autres acteurs de notre système éducatif devant leurs responsabilités. 

Pour M. Kouassi Ekoun, secrétaire général du syndicat national des enseignants du second degré, c'est le système éducatif qui n'est pas performant et non les élèves. " Nos enfants ne sont pas mauvais, ce sont les conditions d'enseignement qui sont mauvaises", a-t-il dit, soutenant que le gouvernement doit prendre ses responsabilités pour que le rapport PASEC 2024 soit meilleur. Pour ce faire, il faut donner du matériel pédagogique aux enseignants, réduire le nombre pléthorique d'élèves dans les classes, etc . " De meilleures conditions pour produire de meilleurs résultats", a-t-il souhaité.

Rappelons que le rapport 2019 du Programme d’analyse des systèmes éducatifs (Pasec) des ministres de l’éducation d’Afrique francophone soutient que plus de la moitié (55 %) des élèves de quinze pays d’Afrique francophone dont la Côte d'Ivoire débutent leur scolarité dans le secondaire sans savoir ni écrire, ni lire. Dans la lecture et l'interprétation de ce rapport, une vive polémique est survenue autour de la qualité des enseignants et élèves du système éducatif ivoirien. L'ampleur qu'avait pris le débat a obligé les autorités scolaires ivoiriennes à clarifier les choses. M. Désiré Kauphy, responsable équipe du PASEC Côte d'Ivoire, et collaborateur de la ministre Kandia Camara, a indiqué dans une vidéo qu'il s'agissait de fournir des données probantes et comparables sur les acquis scolaires et sur l'environnement des apprentissages de 2014 à 2019. Et que le rapport PASEC note le progrès enregistré par la Côte d'Ivoire au niveau de son système d'enseignement.

Content created and supplied by: PatriceYseult (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires