Sign in
Download Opera News App

 

 

Éducation nationale / congés anticipés : année scolaire 2021-2022, la saison pour arracher l’ivraie.

Dans la parabole biblique de l’ivraie, la bonne nouvelle consiste à laisser croître ensemble le blé et l’ivraie de peur qu’en arrachant l’ivraie, l’on ne déracine en même temps le blé. Dans la suite de cette parabole, la mauvaise plante a été radicalement retirée en sa saison.

Peut-on espérer que l’année scolaire en cours est la saison propice pour les autorités en charge de l’éducation, aux parents d’élèves, à tous les acteurs du système de mettre fin à ces perturbations sauvages dans les établissements scolaires ?

Car le phénomène des congés anticipés, au début localement manifestés dans les établissements scolaires de quelques villes du pays, est maintenant devenu une lèpre nationale.

On avait fini par se demander pendant combien de temps encore l’école allait souffrir de ce diktat des apprenants.

C’est pourquoi, le contexte actuel des grandes réformes dans l’éducation nationale apparaît aujourd’hui comme une saison propice à la guérison des racines.

Toutes les entités qui peuvent donc participer à cette moisson nationale du respect du calendrier scolaire doivent s’y impliquer sans hésitation.

A cet effet, l’appel au respect du calendrier scolaire contenu dans la déclaration de la FESCI ( Fédération Estudiantine et Scolaire de Côte d’Ivoire) du 2 décembre 2021 est un acte majeur.

A cela s’ajoute le spot diffusé actuellement dans les médias par le Ministère de l’Education Nationale qui appelle au refus de perturbations des cours dans l’enseignement secondaire.

Ce message doit être prolongé dans les cellules familiales, dans les temples églises et mosquées.

Mais il faut aller au-delà de la diffusion de l’appel à la sérénité à l’école. Il faut agir en arrachant l’ivraie. Pour cela, les meneurs doivent être identifiés et traduits en Conseils de discipline de leurs établissements qui devront prendre les sanctions en toute souveraineté.

Sévir, parce que, comme le dirait Kourouma, le Nègre ne reconnaît pas une arme cachée dans son fourreau.

Il faut la faire sortir. Et les armes, les administrations scolaires en ont.


Ouraga Dali Constant

Content created and supplied by: Constant_Minangoy (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires