Sign in
Download Opera News App

 

 

Loi sur l'enseignement : l'école ne devient vraiment obligatoire qu'après 2025, la preuve

En Côte d'Ivoire, il y a trois degrés d'enseignement : le premier degré avec l'enseignement préscolaire et primaire, le second degré avec l'enseignement secondaire et le troisième degré avec l'enseignement supérieur. Tous ces degrés d'enseignement sont régis par la loi de 95 sur l'enseignement. Mais en 2015, cette loi a connu une modification avec l'introduction de nouveaux articles, avec une avancée majeure, la scolarisation obligatoire ou tout simplement l'école obligatoire jusqu'à l'âge de 16 ans.

C'est une nouveauté car jusque-là c'est la première fois que l'école devient obligatoire avec des peines prévues pour les parents qui violeraient cette obligation.

Mais ici, une disposition de la loi modificative de 2015 nous intrigue. En effet, l'article 17-2 dit ceci :

" Pour la mise en œuvre de la scolarisation obligatoire définie à l'article 2-1 de la présente loi, l'État met progressivement à disposition les infrastructures scolaires, les personnels enseignants et d'encadrement qualifiés avant la fin de l'année 2025.

Jusqu'à cette date, l'obligation faite aux parents, en application de l'alinéa 1 de l'article 17 de la présente loi ne s'applique que si une offre de scolarisation existe au sein d'un établissement public d'enseignement proche de leur lieu de résidence".

Ce qui veut dire qu'avant la fin de l'année 2025, si des parents ne trouvent pas d'offre de scolarisation dans un établissement public proche de leur lieu d'habitation, ils ne sont point obligés de mettre leur enfant à l'école. Ce qui sous-entend aussi qu'après la fin de l'année 2025, l'État couvrira le moindre recoin du territoire d'établissement public afin que que la scolarisation obligatoire soit dans sa phase active et en même temps répressive.

Autrement dit, c'est après la fin de l'année 2025 qu'on parlera de la scolarisation obligatoire selon le sens premier qu'on donne à cette expression. Passée cette date, des peines pécuniaires et même privatives de liberté sont prévues pour les parents contrevenants.

Content created and supplied by: yakouser (via Opera News )

côte d'ivoire

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires