Sign in
Download Opera News App

 

 

Rentrée scolaire : un casse-tête pour les parents d'élèves (Opinion)

Après deux mois passés en vacances et selon le dernier communiqué de Madame la ministre en charge de l'éducation nationale et de l'alphabétisation, les élèves de Côte d'Ivoire devraient ( sauf changement de programme) reprendre le chemin de l'école le 13 septembre prochain.

C'est le lieu d'aborder un temps soit peu ce sujet concernant la rentrée, qui à chaque fois qu'elle arrive, devient un casse-tête chinois pour beaucoup de parents d'élèves. Nul n'est sans ignorer que rentrée scolaire rime avec pression, parce que c'est une période où chaque parent s'active pour répondre à ce droit et devoir de parent d'élève. Allant de l'inscription en ligne à l'achat des manuels et ténues scolaires passant par l'inscription physique avec ses frais annexes dont on n'a souvent du mal à convaincre les parents quant à son utilité, il faut dire que la rentrée scolaire reste financièrement épuisante pour tout parent d'élèves.

Je voudrais surtout m'attarder un temps soit peu sur les manuels scolaires qu'on change presque chaque année... Par le passé, un livre acheté par un parent d'élèves pouvait servir non seulement la promotion en cours, mais et surtout servir celles qui suivent si bien que les plus jeunes héritaient des ouvrages de leurs aînés, tant que ceux ci soient bien conservés et bien entretenus. Aujourd'hui, les donnes ont changé. À chaque année scolaire, son ouvrage sinon ses ouvrages... Et là où le bas blesse, c'est lorsque des éducateurs ( enseignants) s'invitent dans le commerce de ces ouvrages, ôtant du coup cette liberté jadis aux parents de se les procurer sur le marché. Certains enseignants vont jusqu'à poser cela ( l'achat des livres et cahiers d'activités avec eux) comme condition aux élèves pour être évalués dans la matière.

L'éducation étant l'affaire de tous, chacun ne devrait faire que ce qu'il a à faire... Les enseignants en tant qu'éducateurs mais aussi parents d'élèves devraient se limiter au devoir qui est le leur, celui de donner le savoir par l'éducation et non s'inviter sur le territoire du commerce de manuels scolaires... L'administration locale ( dans les établissements) se devrait d'être regardant sur ce fait et non en être complice. Elle devrait faciliter les choses aux parents d'élèves en évitant certains frais dits annexes, dont elle a souvent du mal à justifier la nécessité en dehors des frais d'inscription, qui ne viennent que pour alourdir la charge déjà trop pesante de ces derniers. Le ministère en tant qu'organe suprême se doit de jouer son rôle de police afin qu' aucun maillon du système éducatif n'agisse en dehors des règlements arrêtés par la tutelle.

J'ai foi qu'avec les états généraux de l'éducation nationale qui ont eu lieu récemment, les problèmes soulevés ici feront partie des préoccupations pris en compte par le ministère pour le bonheur des parents d'élèves et de tout le système éducatif dans notre pays. En tout cas, nous croyons en l'engagement de madame la ministre de l'éducation nationale et de l'alphabétisation pour rehausser l'image de l'école ivoirienne.

Aussi voudrais je terminer mon analyse sur quelques astuces ou conseils aux parents d'élèves. Celui de se montrer prévoyants en achetant dès l'entame des vacances scolaires, certains effets scolaires, tels que les tenues, les sacs, les cahiers et tout le petit matériel qui n'ont pas forcément besoin d'attendre la rentrée scolaire avant d'être acheter. Cela éviterait à coup sûr la trop grande charge à la rentrée et éviterait beaucoup de pression.

Vos avis sont attendus et n'oubliez pas de partager. Merci

Neutreetpartisan

Content created and supplied by: neutreetpartisan (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires