Sign in
Download Opera News App

 

 

Avant la rentrée scolaire, le Ministère doit régler le problème des salaires des enseignants du privé


Le Ministère de l'Éducation Nationale et de l'Alphabétisation (MENA) doit se plancher sur l'épineuse question des salaires des enseignants du privé laïc de Côte d'Ivoire avant la rentrée scolaire qui est fixée au lundi 13 septembre 2021. Oui avant la rentrée scolaire, car c'est primordial.


Ces donneurs de savoir à l'instar de leurs collègues du public méritent mieux que le traitement salarial que la plupart des fondateurs d'établissements scolaires privés leur réserve depuis longtemps au su et au vu du Ministère de l'Éducation Nationale.


Ces braves messieurs et dames qui forment les citoyens ivoiriens de demain perçoivent pour le primaire entre 35 mille à 70 mille francs CFA et pour le secondaire entre 50 mille et 80 000 mille francs CFA. Et ces salaires sont très souvent sporadiques car ne couvrant que huit (08) mois sur les douze (12) mois de l'année. Certes, certains établissements scolaires privés vont au-delà de ces salaires et paient leurs enseignants sur les douze (12) mois de l'année, mais le nombre de ces établissements reste insignifiant.


Certains enseignants du privé sont obligés de marcher de longues distances à pieds pour aller dispenser le savoir, car comme nous venons de le dire leur salaire est très bas et ils n'ont aucun prime.

Au vu de ces réalités, le Ministère de l'Éducation Nationale et de l'Alphabétisation (MENA) ne doit pas attendre les États généraux de l'école ivoirienne qui vont durer six (06) avant de régler le problème des salaires des enseignants du privé laïc de Côte d'Ivoire, car "ventre creux n'a point d'oreille, ni de conscience professionnelle".


OUATTARA Yaya

Content created and supplied by: Ouattarayayaderkaiser (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires