Sign in
Download Opera News App

 

 

Lycée Simone Ehivet,Niangon: affrontements aux bois et aux pierres entre élèves

Cet élève au centre de l'image tenant un bois en main se dirige vers un groupe protagoniste.


Une bagarre débutée ce matin du vendredi 28 janvier peu avant midi entre deux élèves du lycée municipal Simone Ehivet Gbagbo de Niangon s'est étendue à plusieurs autres, perturbant sérieusement les cours dans l'établissement. Ironie du sort, c'est du préau qu'une pancarte présente comme " Espace des droits de l'homme et de la culture de la paix" qu'est partie la brouille qui a menacé la paix dans le lycée pendant un bon moment. Cet espace fait pour accueillir des réunions autres cérémonies mais pour servir de lieu de repos et de révision à des élèves est utilisé par d'autres élèves comme un lieu de sport. Et pourtant, il se situe derrière le bâtiment de l'administration qui ne dit rien.

Mais aujourd'hui le sport a débouché sur la bagarre. "Moi je ne me sens pas bien donc je suis allé à l'infirmerie. Après je suis venu me reposer ici.J'ai trouvé des élèves de 1ère et de 5ème en train de jouer au maracana. De temps en temps, ils tiraient le ballon sur la dalle là-bas. Un élève qui y était assis a menacé que si le ballon le tape, il va blesser celui qui a tiré. Alors un autre qui ne jouait pas aussi s'est approché de lui et lui a demandé: "toi tu peux blesser qui?" Le petit a répondu : "je n'ai pas parlé de toi puisque tu ne joues pas aussi". Mais le plus grand a commencé à le brutaliser. Il a fui. Or il partait chercher son grand frère en classe de terminal. Ce dernuer est venu avec des amis. Il s'est attaqué à celui qui a brutalisé son petit frère et la bagarre a pris une autre allure", témoigne un élève. 

Des élèves sont sortis de classes dans le cafouillage

Les pugilistes se sont déplacés au fur et à mesure. Et au fur et à mesure d'autres élèves sont entrés dans la danse. Pendant ce temps, les deux protagonistes de départ ne se lâchaient pas. Un a pris une pierre et l'a lancée contre le visage de l'autre. Le sang. Certains se servaient de bois pour attaquer d'autres. Des cris partout dans le lycée. Des enseignants ont quitté les salles de classe pour se se réfugier à la salle des professeurs. D'autres continuaient malgré le brouhaha de parler aux élèves dont l'attention était plus captée par ce qui se passait dehors. 

Les quelques vigiles du lycée ont réussi à se saisir des deux principaux adversaires. Tout ce qu'ils ont fait devant nous est de mettre dehors l'un et de conduire le blessé à l'infirmerie. Le cafouillage a durée une vingtaine de minutes. Il était midi.

Dan Opéli

Content created and supplied by: Dan_Opeli (via Opera News )

niangon simone ehivet gbagbo

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires