Sign in
Download Opera News App

 

 

Débat sur NCI / Alafe Wakili (journaliste et analyste politique) : "pour faire une dictée, il faut savoir lire"

Ldi1309210700

Alafe Wakili, patron de presse (photo: SB)

Au nombre des réformes engagées à l'école pour cette rentrée de classes 2021-2022, figure en bonne place la dictée qui revient au primaire et au premier cycle de l'enseignement secondaire. Mais Contrairement aux avis pour la plupart favorables sur le sujet que, l'on entend et voit au sein de la population dans les reportages télé, beaucoup d'autres citoyens émettent des réserves quant à la pertinence d'une telle mesure. Au nombre de ceux-ci, le journaliste et patron de presse Alafe Wakili qui a donné son avis au cours de l'émission de débat NCI 360 de ce Dimanche 12 Septembre.

En effet l'homme aux analyses posées a dans un premier temps jugé "précipitées" les premières réformes engagées par la ministre de l'éducation nationale et de l'alphabétisation, Mariatou Koné qui a son sens, aurait dû attendre les résultats des états généraux de l'éducation toujours en cours avant d'amorcer un certain nombre de réforme. Concernant la dictée par exemple, à entendre M. Alafe, sa suppression a été admise après une longue période de réflexion au vu d'un certain nombre de difficultés et d'obstacles. "Les gens ne se sont pas levé un matin comme ça pour dire on ne fait plus la dictée" a-t-il rappelé.

Mais poursuivant plus loin, le patron de "L'intelligent d'Abidjan" a laissé entendre que l'une des raisons majeures qui justifient la suppression de cette matière à l'école est l'incapacité de certains enseignants à lire eux-mêmes correctement les textes de dictée. "Il y a la diction. Aujourd'hui on parle de niveau. Mais qu'est-ce que les enseignants vont aller faire comme dictée ? Il faut savoir le faire soi-même avant de faire la dictée aux gens. Il semble que souvent les apprenants avaient des difficultés par rapport aux compétences, à la diction et à la capacité à dire les mots même des enseignants" a-t-il dénoncé. Il a poursuivi sur sa lancée en expliquant que tous les enseignants n'étant pas suffisamment outillés pour faire la dictée aux élèves, il était important d'en tenir compte. En clair, pour l'homme de média l'on ne devrait vraiment réintroduire cette forme d'évaluation à l'école que "Si on pense que les enseignants sont outillés, et que eux-mêmes sont très brillants, qu'ils savent bien écrire et qu'ils pourraient lire des textes".

SRANKPAWA BOUAKE Ldi1309210700

Abonne toi "+ Suivre", Partage, Commente et mets un like

Content created and supplied by: SRANKPA (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires