Sign in
Download Opera News App

 

 

Opinion/Education : voici pourquoi le 2e tour du CAFOP 2021 est à polémique

Le concours d'entrée dans les Centres d'Animation et de Formation Pédagogique, CAFOP, a livré son verdict, acte 1 le vendredi 16 juillet 2021 avec un résultat en deçà des chiffres escomptés. Sur 5 000 personnes recherchées, 3 000 personnes ont pu être déclarés admis ; ce qui sous-entend un déficit de 2 000 places à combler. Or l'on a enregistré plus de 50 000 mille candidatures à ce concours de CAFOP 2021.

Mme Mariatou Koné, Ministre de l'éducation nationale et de l'alphabétisation.


Ce qui est assez inquiétant est que, selon une révélation d'AfrikSoir, sur les 55 000 candidats au CAFOP 2021, seulement 3000 ont le niveau ; une situation qui justifierait cette deuxième session pour combler le déficit. Considérant la révélation faite par AfrikSoir qui est pratiquement confirmée par les résultats de ce concours, des préoccupations méritent d'être soulevées relativement au second tour en vue: est-ce un second tour qui pourrait donner le niveau à un candidat refusé ? Cela aurait été intéressant d'ouvrir cette 2e session à d'autres candidatures que de la limiter aux recalés du 1er tour, car ce second tour ressemble à un invalide que l'on voudrait rendre coûte que coûte valide. Avec ce concours de 2021 à double vitesse, l'on s'interroge sur l'état réel des concours de CAFOP antérieurs ? Le député-maire Assalé Tiemoko ne disait-il pas que certains instituteurs ne savent pas lire et faire de phrases correctes ? Sous ces différents angles, il va s'en dire que la plaie de l'école apparait béante, et ces états généraux de l'éducation sont les bienvenus pour panser ce mal.

Il est vrai que dans les écoles de formation, il existe des sessions aux différents examens, mais dans le cadre du CAFOP, il s'agit d'une sélection qui ne devrait pas être négociable, surtout avec le système éducatif qui est déjà en difficulté.

Avec les résultats scolaires dejà connus et ce concours de CAFOP 2021, l'on peut avoir de l'espoir avec l'ère du ministre Mariatou Koné où la sélection des formateurs et les élèves semble se faire visiblement dans la qualité. Vivement que cette rigueur se poursuive afin d'avoir une école qui renoue avec la compétitivité des diplômes et diplômés, et redonnant par ricochet un meilleur positionnement du système éducatif ivoirien.


As. B

Content created and supplied by: Assibena (via Opera News )

mariatou koné

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires