Sign in
Download Opera News App

 

 

Frais d'écolage: les fondateurs d’écoles toujours en attente du paiement des 65 milliards F

 Malgré les assurances, les frais d’école des écoles privées restent impayés. Que va faire la Conférence des présidents des associations de fondateurs d’établissements scolaires privés laïcs et confessionnels de Côte d’Ivoire (CPAFESP) qui a réclamé, le 6 avril 2021,  au siège de la Feneplaci à (Cocody), que l’Etat doit au secteur 65 milliards F CFA ?

 

 

L’annonce a été retentissante, il y a de cela deux semaines. La nouvelle ministre de l’Education nationale, Mariatou Koné, avait affirmé que les frais d’écolage dus par l’Etat en 2019 seront payés intégralement. Cette intervention faisait suite à la volonté des fondateurs d’école d’entrer en grève si jusqu’au 14 avril, ils ne percevaient rien.

En effet, le 6 avril 2021, la Conférence des présidents des associations de fondateurs d’établissements scolaires privés laïcs et confessionnels de Côte d’Ivoire (CPAFESP) est montée au créneau. Sans détour, son premier responsable, le Père Jean Luc N’Dreman ‘est insurgé contre les difficultés des écoles à faire face à leurs engagements. « L’Etat doit regarder nos problèmes. Il ne s’agit nullement d’une grève mais plutôt d’un appel de détresse », a-t-il lancé un cri du cœur pour mettre à nu la souffrance des acteurs de ce secteur. Bien avant lui, le porte-parole des fondateurs d’école, Gohidé Tiémoko, avait rappelé que c’est le 10 février 2021 que son organisation a organisé une conférence de presse pour interpeller les autorités sur le non-paiement des frais d’écolage. C’est pourquoi, a-t-il avancé, la Conférence des présidents des associations de fondateurs d’établissements scolaires privés laïcs et confessionnels de Côte d’Ivoire a tenu une conférence extraordinaire le 31 mars 2021. « A l’issue de la réunion du 31 mars, la Conférence des présidents des associations de fondateurs d’établissements scolaires privés laïcs et confessionnels de Côte d’Ivoire demande le paiement immédiat et intégral des sommes souscrites sur les décisions financières avant le 13 avril 2021 », a lu Gohidé Tiémoko.

Mais, ce mercredi 28 avril 2021, un fondateur qui nous a joint au téléphone a été amer. « Les mandats ne sont même pas au Trésor pour espérer être payés. Nombre de fondateurs ne paient plus leurs enseignants. La situation est terrible. Nous vivotons. Ce n’est pas pour rien que le niveau des élèves baisse d’année en année. Si l’Etat ne peut pas honorer ses engagements vis-à-vis des écoles, cela suppose que l’éducation n’est pas au centre des priorités », a-t-il déploré.

Toutefois le ministère de l’Education nationale demande la patience, la procédure suivant son cours. Mais, jusqu’à quand ?

Rappelons qu’au total l'Etat ivoirien doit à l’ordre des enseignements du privé, selon le rapport « 65 milliards d'impayés de frais d'écolage pour l'année scolaire 2019-2020 ; 1,6 milliards au titre des passifs de l'année scolaire 2011-2012, validés après audits de KPMG ; 51,4 milliards au titre des divers passifs constitués de 2001 à 2020. Soit un total de 65 milliards FCFA pris en compte sur le budget 2020 ; et 53 milliards FCFA non convertis par un budget   

                                        

AKE

Content created and supplied by: Eddy3 (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires