Sign in
Download Opera News App

 

 

Oral du Bac : Des professeurs interrogateurs accusés de racket dans certains centres d'Abidjan

Malgré toutes les mises en garde de la nouvelle ministre de l'éducation nationale et de l'alphabétisation, la fraude semble avoir la peau dure. À l'oral du Baccalauréat, des cas de racket sont déjà signalés dans certains centres de la commune de Marcory. C'est pour lutter contre ce fléau que le Professeur d'université Alger Ekoungoun a mis en place le réseau de veille et d'informations du Comité National de la Sauvegarde de l'École de la République ( CNSER ) pour mettre à nu toutes les manœuvres frauduleuses de cet examen. C'est justement dans ce cadre qu'un enseignant et parent d'élèves, membre du CNSER a révélé des cas de racket constatés dans plusieurs centres du district d'Abidjan. Nous vous proposons ici l'intégralité du message de ce parent d'élèves publié sur la page Facebook du Professeur Alger Ekoungoun.

" Bonjour Président Alger Ekoungoun dans des échanges hier avec mes élèves qui passent le Baccalauréat dans un centre à Marcory précisément au Collège Voltaire, certains enseignants interrogateurs demandent aux enfants de donner 5 000 francs. Ils ne laissent pas les enfants faire le travail. Selon les propos des enfants, à peine dans la salle, le professeur demande de donner sa part afin de signer. Les interrogateurs en français de la journée du lundi et mardi, qui ont interrogé la liste de A à K.ont pris de l'argent au moins 5000 francs par candidat. Ils n'ont pas laissé le temps aux enfants de présenter leur travail. Je vous confirme que dans la zone de Marcory, Treichville et Koumassi la tricherie est à grande échelle.

Il y a des groupes d'études constitués avec la complicité de plusieurs enseignants qui s'adonnent chaque année à ces pratiques. Ce qui fait que la majorité des enfants de ces zones ne sont pas fréquents en classe. Ils attendent la fin de l'année pour payer et s'inscrire dans ces groupes d'études et à la composition font rentrer leurs portables dans les salles afin de recevoir les sujets. Nous avons mené des enquêtes. Il y a un groupe scolaire à Koumassi qui excelle dans ces pratiques. Et dans ces zones, les élèves ne soucient pas de l'enseignement donné pendant les cours. Ils ne viennent pas à l'école. Sous prétexte qu'à la fin de l'année, ils auront le bac ", a écrit cet enseignant.

Le professeur Alger Ekoungoun a également invité tous ceux qui le désirent à intégrer le Réseau de Veille et d'informations du CNSER en écrivant sur WhatsApp 07 09 28 60 21. ' Nous transmettrons par la suite toutes vos informations à un journaliste d'investigation pour une enquête plus fine '', a-t-il déclaré à la suite du message de l'enseignant dénonciateur. Vivement que des comportements nouveaux et responsables voient le jour dans notre chère école ivoirienne.

Dan Singault de Blagouin

Content created and supplied by: DanSingault (via Opera News )

alger ekoungoun

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires