Sign in
Download Opera News App

 

 

Bachelier et poudre blanche :le journaliste André Silver Konan se prononce sur leur origine

Depuis les années 90, la manifestation de joie des élèves admis à leur examen scolaire (CEPE, BEPEC et BAC..) se fait par le jet de poudre blanche sur leur tête, leur visage et le plus souvent ils se poudrent de la tête au pieds. Est-ce un effet de mode ou est ce que cette manière de célébrer leurs réussites aux examens de fin d'année a une origine culturelle ?

Le mercredi 29 juillet, le journaliste André Silver Konan s'est prononcé sur ce phénomène via sa page officielle. "S'il y a une chose que je regrette en tant qu'ancien Bachelier qui a fracassé un coup KO, Brou Aya Catherine (les quadras connaissent tchô), c'est qu'à notre temps, personne ne songeait à verser de la poudre sur nos têtes. Wallaye le goût de chaaa, j'imagine. Il faut décorer la personne qui a vulgarisé cette mode. Ça donne une petite envie de réussir son BAC et ça fait en même temps, promotion de notre culture", a-t-il déclaré.

Il a donc donné des indices pour enquêter sur ça : "Promotion de notre culture". Appelées prêtresses traditionnelles, Kômians ou encore féticheuses, se sont des femmes qui parlent avec le monde des esprits. Et leur rituel favori lorsqu'elles sont dans leur pré carré ou sur la place du village, elles se pouponnent avec la poudre blanche et versent la poudre autour d'elles tout en esquissant des pas de danses. Ce rituel chasse le mauvais sort, les esprits impurs, les sortilèges familials et les envoûtements. Ainsi, en juxtaposant le but de l'usage de la poudre blanche chez les Kômians et ainsi que chez les élèves admis aux examens scolaires, il y'a une parfaite coloration. Un plus pour nos us et coutumes.

Afric-connect

Content created and supplied by: AgbeMalet_J (via Opera News )

silver konan

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires