Sign in
Download Opera News App

 

 

COGES : si ça n'a pas bien marché, les enseignants sont aussi fautifs

Le COGES est un des partenaires privilégiés de l'école ivoirienne depuis plus de deux décennies. Depuis 1995 donc, les comités de gestion des établissements scolaires accompagnent l'école ivoirienne. Pour son fonctionnement le COGES a l'habitude de lever des cotisations exceptionnelles qui sont payées par les parents d'élèves.

Mais ces derniers temps, les plaintes ont été de plus en plus récurrentes quant à sa gestion jugée opaque et calamiteuse , ce qui a poussé le président Ouattara à prendre un décret pour mettre fin au cette pratique.

Mais ce que nous voulons signifier dans cet écrit, c'est que si les choses n'ont pas fonctionné comme il se devait, les enseignants sont aussi fautifs et ce pour la seule raison qui va suivre.

En effet dans les textes du COGES, le bureau exécutif est composé de plusieurs entités. Les politiques, l'administration scolaire, les parents, les enseignants et même les élèves. Les postes de secrétaire général, de trésorier adjoint et d'un commissaire aux comptes reviennent aux enseignants. Dans cette liste, il y a deux postes qui sont importants : le trésorier adjoint et le commissaire aux comptes. Si la gestion n'est pas bonne, le trésorier adjoint et le commissaire aux comptes peuvent tirer la sonnette d'alarme. Et le simple fait qu'ils soient co-gestionnaires des COGES nous pousse à dire que si ça n'a pas bien fonctionné pour qu'on en arrive à des décisions présidentielles drastiques, ils sont aussi comptables que les parents qui ont occupé les postes de président et de vice-président.

Les COGES ne sont pas "morts". Ils existent bel et bien. C'est simplement le mode de financement qui a changé. Alors il faut tirer les leçons du passé et envisager le futur avec plus de responsabilité et de civisme.

Content created and supplied by: yakouser (via Opera News )

coges

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires