Sign in
Download Opera News App

 

 

Éducation nationale : ces mesures qui ne vont pas à l'essentiel !

Éducation Nationale : Ces mesures qui ne vont pas à l'essentiel ?

Par Astafe

La rentrée scolaire est fixée pour ce lundi 13 septembre 2021. En prélude à cette rentrée et pour redorer le blason de l'école ivoirienne, la nouvelle ministre de l'éducation nationale et de l'alphabétisation, le Professeur Marietou Koné, a pris un certain nombre de mesures dont la suppression des cotisations exceptionnelles Coges, la suppression des frais annexes, le rétablissement de la dictée et des coefficients au collège, l'interdiction de la vente des manuels scolaires et des fascicules au sein des établissements publics...

Peut-être que le temps nous donnera l'occasion d'apprécier avec plus de précision ces décisions prises mais, notre avis du moment est que ces mesures ne sont pas celles qu'il faut pour faire sortir l'école ivoirienne de son angoisse. Nous jugeons ces mesures plus spectaculaires qu'efficaces. Alors qu'actuellement, ce ne sont pas les mesures qui plaisent qu'il faut, ce sont des mesures efficaces. Évitons de tomber dans le sensationnel!

Revenons au rapport pasec qui a mis au grand jour l'agonie de l'école ivoirienne. Sur quoi a porté ce rapport ? Selon ce que j'ai compris c'est sur le niveau des élèves qui ne peut pas être dissocier du niveau de certains enseignants et de leur mode de recrutement. Jamais les coefficients ( que nous trouvons caduques) , les manuels vendus par les enseignants, les cotisations exceptionnelles Coges ou encore les frais annexes n'ont été pointés du doigt comme étant les causes majeures de la baisse du niveau des enfants.

Le mode de recrutement des enseignants est resté intact; rien pour le moment n'a été fait pour concevoir et stabiliser, ne serait-ce que pour une période donnée et avec des objectifs précis, les manuels éducatifs; rien n'a encore été fait pour redonner à l'enseignant sa place dans l'école et éviter ainsi qu'il soit l'objet de violence de la part des apprenants, rien non plus pour racheter cette génération impactée par le système que les différentes mesures visent à corriger. Alors que ce sont ces défis qui nous semblent les plus cruciaux.

En fait, toutes ces mesures prises jusqu'aujourd'hui ne prennent pas en compte les attentes réelles des élèves consciencieux qui est de créer des conditions idoines pour un apprentissage parfait. Parce que nous sommes en train de prendre le risque de dire au parents qu'on peut scolariser un enfant sans investir aucun sous, et ce n'est pas vrai. L'école a un coût, ce n'est pas nouveau... même dans les pays dits développés l'école a un coût. Les prestigieuses universités du monde, les meilleurs écoles qui donnent une formation de qualité coûtent les yeux de la tête. Et nous le savons tous.

C'est pourquoi nous proposons à nos autorités compétentes de subventionner, si elles le peuvent, ce qui peut être subventionné dans l'école mais qu'elles n'oublient pas de rappeler aux parents les réalités de l'école. L'école qui reste actuellement l'investissement le plus sûr qu'ils peuvent faire sur leurs enfants. Et aux enfants, qu'elles leur rappellent, à nouveau , l'importance de l'école dans leur vie actuelle et future. Car, ce sont ces deux aspects du problème de l'école qui manquent dans les mesures prises jusqu'à présent... à notre avis !

Astafe

[email protected]

Content created and supplied by: Astafe (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires