Sign in
Download Opera News App

 

 

Comment la lecture m’a permis d’être enseignant de lycée, docteur en philosophie et blogueur Rfi !

On ne le dira jamais assez, la lecture a des vertus incommensurables. Au-delà d’être une fenêtre sur le monde et un formidable creuset d’acquisition d’une solide culture générale, la lecture favorise une maîtrise de la langue ou un maniement de la langue à nul autre pareil, ainsi, elle nourrit bien de parcours professionnels comme le mien.

Modestement, je me perçois comme un pur produit du livre. En effet, tombé sous le charme de la lecture, dès ma tendre enfance, la passion du livre m’a accompagné tout au long de mon cursus secondaire, facilitée en cela par la fréquentation assidue d’une bibliothèque française installée à Korhogo, en l’occurrence l’AFIK ( l’alliance franco-ivoirienne de Korhogo), une bibliothèque qui sortait du lot pour une ville de province, achalandée qu’elle était en ouvrages et publications de tous types ( romans, nouvelles, encyclopédies, dictionnaires, annales, périodiques, hebdomadaires etc.), qui m’a permis d’avoir un certain background en matière de maniement de la langue.

Passée l’étape du Bac série A2 que j’obtiens sans coup férir, je suis orienté en faculté de philosophie à l’université de Cocody, j’y réalise toute la portée des "EBF" (Expressions Bien Formées) dans nos productions écrites. Outre la culture philosophique et la pertinence des idées recherchées par nos enseignants, la qualité du rendu n’en est pas moins importante. Dire et bien dire constituent une clé pour pouvoir avancer au département de philosophie.

Le constat est que les enseignants abhorrent (détestent) les fautes de langue, elles les horripilent (les agacent) tant et si bien qu’ils ne ratent pas une seule occasion de s’en prendre aux professeurs du secondaire qu’ils jugent en partie responsable du faible niveau de langue des bacheliers. Fort heureusement, je n’étais pas en butte à cet écueil du maniement de la langue, mieux, avec un certain brio, j’ai allègrement validé tous mes examens de fin d’année, en grande partie à cause de cette passion du livre chevillée au corps qui m’a suivie à l’université.

Le master en poche après cinq années passées au département de philosophie, je suis recruté comme enseignant de philosophie et affecté au centre-ouest de la Côte-D’ivoire, plus précisément à Gagnoa. Chemin faisant, je m’intéresse à l’écriture et au journalisme en particulier. Ainsi en 2015 fort de mes aptitudes rédactionnelles, je suis reçu à un concours organisé par RFI (Radio France Internationale) et formé à Dakar au Sénégal pendant un mois en blogging et en techniques journalistiques, ce qui me vaut aujourd’hui d’être au nombre des blogueurs Rfi (une plate forme de blogueurs francophones triés sur le volet et vulgarisée par Radio France Internationale).

Dans la foulée en 2017, je renoue également avec les études universitaires, habité par la conviction que j’ai l’étoffe et le coffre au vu de la qualité de ma plume pour décrocher un doctorat. Effectivement, trois ans après, à force de travail et surtout aidé par mes qualités rédactionnelles acquises sur la base de la lecture, je deviens docteur en philosophie en Mars 2021. En un mot comme en mille, je suis infiniment redevable à la lecture, j’espère que ce modeste témoignage permettra d’édifier nos élèves et étudiants sur le rôle éminemment important de la lecture.

Content created and supplied by: LeGrognon (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires