Sign in
Download Opera News App

 

 

Cette image traduit la double vie que les futurs "Gbagbo", "Bedié" et "Ado" mènent au village

L'école est la clé de la vie, cela est clair pour tous même pour les paysans qui refusaient autrefois d'inscrire leurs enfants à l'école. Avoir la connaissance scolaire développe la réflexion, bonifie l'intelligence et permet d'avoir une ouverture d'esprit un peu plus profonde sur le monde.

En ville, les élèves n'ont pas autre chose à faire qu'aller à l'école et apprendre leurs leçons parce qu'il est interdit aux enfants de travailler, surtout que l'école est obligatoire. En zone rurale, les choses sont différentes; les élèves partent à l'école le matin. Certains rejoignent leurs parents au champ pour prendre le déjeuner. Le soir, ils passent encore au champ pour porter quelques fagots et les ramener à maison.

Cette image ci-dessus traduit la double vie des futurs "Gbagbo, "Bedié" et "Alassane Ouattara" de la Côte d'Ivoire. Ces enfants de N'gan, village du département de Bongouanou, incarnent le prototype de la vie passée du président Laurent Gbagbo. Nous nous souvenons encore que lorsqu'il était au pouvoir, il a dit dans un discours qu'il partait à l'école sans chaussures, et des années après, il a pu devenir président de la République de Côte d'Ivoire. À partie des propos de l'ex-président ivoirien, l'artiste Billy Billy a fait une chanson intitulée "récitation".

La majorité des élèves au village réussissent dans les études. Ils s'y mettent à fond car leurs parents font des sacrifices pour les inscrire à l'école. Par conséquent, ils deviennent l'espoir de la famille. Ils nourrissent de grands rêves et finissent par les réaliser avec la persévérance et le travail. La vie du président Laurent Gbagbo est une illustration parfaite de cette thèse. Notre souhait est que tous les élèves en zone rurale parviennent à la réussite vu les conditions difficiles dans lesquelles ils vont à l'école.

Content created and supplied by: Soldatduciel (via Opera News )

alassane ouattara billy laurent gbagbo

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires