Sign in
Download Opera News App

 

 

La violence en milieu scolaire

Cette recherche porte sur la violence verbale dont sont victimes les apprenants en situation d’apprentissage. La problématique de la violence en contexte éducatif est une préoccupation majeure aussi bien pour les politiques que les éducateurs. La médiatisation dont elle fait l’objet traduit à juste titre l’état de la question et l’impact social de cette dernière. Que l’on soit en Afrique ou en Occident, la question de la violence entre les murs est sans cesse l’objet de débats. Le vocabulaire utilisé pour caractériser la situation est manifestement parlant : « crise des valeurs », « violence », « pertes des valeurs », « absence de repères », « crise de l’autorité ». Face au phénomène, certains pays- c’est le cas de la côte d'Ivoire , pour ne citer que cet exemple - en ont fait une préoccupation politique majeure notamment à travers les états généraux de la violence en milieu scolaire. Au-delà des pistes proposées pour endiguer le phénomène, la question de la violence demeure complexe ; une complexité liée notamment au fait qu’il est difficile de fixer la violence tant ses formes et manifestations sont diverses. Rappelons tout de même que toute proposition visant à réduire la violence en milieu scolaire doit au préalable fixer les fondements de celle-ci, ses manifestations et son mode de circularité au sein de la société.

L’autre complexité est la catégorisation de la violence. A travers le traitement médiatique dont elle est souvent l’objet, la violence est souvent réductible à la violence physique (manifeste à travers des dégradations, des casses, des attaques physiques, rixes entre jeunes mais aussi des attaques des jeunes envers les éducateurs) à la violence verbale (caractérisée en termes d’injures, invectives, impolitesse) mise en œuvre par les jeunes à l’intérieur ou hors du cadre scolaire. Cette lecture laisse croire que la violence est essentiellement l’apanage des jeunes. Pourtant la réalité est complexe ; autant les jeunes sont les acteurs de la violence, autant ils en sont réciproquement , physique et les formes de discriminations.


Selon diverses perspectives, il est possible de distinguer plusieurs types de violences. Notre analyse vise donc à décrire dans le contexte africain la violence verbale exercée par l’institution scolaire sur le jeune. Il s’agit d’une forme moins populaire de la violence, moins médiatisée rarement dénoncée par les victimes, mais dont les implications sur la psychologie et la formation citoyenne de l’enfant sont considérables. Nous la nommons la violence éducative. Par violence éducative, nous définissons l’emprise qu’une institution scolaire exerce sur les apprenants par l’entremise de ses acteurs que sont les enseignants. La violence éducative peut être dite « rationnalisée » puisqu’elle se justifie par le devoir d’éducation, c'est-à-dire la responsabilité qu’a tout éducateur de participer à la formation physique, morale et civique d’un individu en vue de son insertion harmonieuse dans la société. Dans la conception africaine de l’éducation, elle consiste à « faire de l’enfant un homme ». Elle est par ailleurs symbolique et revêt divers formes notamment verbales, physiques et psychologiques. Dans les limites de cet article, nous traiterons principalement de la dimension verbale.

Content created and supplied by: Fofty (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires