Sign in
Download Opera News App

 

 

Retour à une école de qualité : comment parents, enseignants et élèves peuvent aider Mariatou Koné

Lundi au Sofitel Hôtel Ivoire a été lancée officiellement la cérémonie des États Généraux de l’Éducation Nationale et de l’Alphabétisation (EGEA). Cette concertation nationale doit conduire à un repositionnement de l’école ivoirienne. Il n'en demeure pas moins que cette volonté soit l'affaire de tous.

Malgré sa bonne foi, la Ministre de l’Éducation Nationale et de l’Alphabétisation Mariatou Koné ne réussira pas à elle seule à rehausser le niveau de l’école ivoirienne. Tous les acteurs du système devront y mettre du sien. L’autorité en charge de l’école, en dressant le diagnostic du mal de l’école, est assurément dans son rôle ; si tant est bien-sûr que l’objectif final est de former des ressources humaines de qualité.

Dans un tel contexte de renaissance, la mobilisation doit commencer chez les parents. L’éducation commence au sein de la cellule famille avant d’être l’affaire de la société et de l’école. Dans une société où les enfants ont de plus en plus de droits que de devoirs, leur éducation devient parfois très difficile. Les parents doivent accepter que l’affection qu’ils ont pour leurs enfants ne doit pas tuer en eux le nécessaire besoin d’éduquer ses enfants. Il ne peut avoir d’éducation véritable sans un minimum de rigueur. L’éducation de base émane des parents. Et cela est déterminant.

Que dire des enseignants, ces éducateurs à la mission d’intérêt national ? Si les enseignants échouent dans leur mission, c’est la survie de la société de demain qui est compromise. Leur influence dans la vie et l’éducation des apprenants est décisive. Il faut donner toute sa place à l’éthique. Avec sa qualité d’éducateur, l’enseignant est porteur de valeurs sociales. Au moment où la Ministre Mariatou Koné veut contribuer à promouvoir les valeurs républicaines auprès des élèves, l’enseignant ne doit pas laisser s’effriter ses obligations. La profession d’enseignant est un engagement pour sa société, un sacerdoce même. Partout, mais surtout dans l’enseignement, notre conscience doit toujours nous guider dans l’exercice de notre profession.

Les apprenants sont aussi des acteurs privilégiés du changement qui s’annonce. Les parents ont beau jouer leur rôle, les enseignants ont beau fait preuve d'une conscience professionnelle irréprochable, les impétrants doivent comprendre que c’est à eux de s’adapter aux règles de la société, de l’école et non le contraire. Ces dernières années, les violences qui ont précédé les périodes de départ en congés ne sont pas faites pour dresser le lit à un enseignement de qualité. On s'accorde à dire qu’on ne peut pas aider celui qui n'en a pas l'envie. En tant que l'avenir, les élèves doivent savoir lever les bras pour que l’école et la société les portent. Emboucher les sifflets pour déloger leurs camarades, les professeurs, saccager des bureaux juste pour demander des congés anticipés ne construira pas la société de demain.


 

Dégnimani Yéo

Content created and supplied by: Dégnimani_Yéo (via Opera News )

sofitel hôtel ivoire

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires