Sign in
Download Opera News App

 

 

Délibération au Bepc / les notes d'arts plastiques et musique au centre des préoccupations


Par Richard Gallet


Lycée Pierre Gadié de Yopougon. Ce Mardi 29 Juin, les délibérations battent leur plein. Les différents jurys sont à pied d'oeuvre pour rendre les verdicts des épreuves du Bepc. Des clameurs fusent d'une salle de délibération. Un candidat, alors qu'il aurait obtenu la note de 18 dans une matière facultative telle la musique se voit recaler. Avec cette note, celà lui vaut 4 points de plus pour obtenir le Bepc. Hélas. Motif évoqué, le total de ses notes cumulées n'a pas franchi la barre des 100 ou 110 points exigée. " Pourtant, si on ajoute la note de musique, il obtient le Bepc" fait observer un professeur.

" les Arts plastiques et musique qui sont des matières au choix et pour lesquelles le candidat débourse la somme de 500 francs interviennent quand celui-ci a requis le total de points qui lui octroie de facto le Bepc" explique un président de jury.


À quoi bon des épreuves qui ne profitent qu'aux seuls admissibles? La question est sur toutes les lèvres.



Il semble de toute évidence que les matières facultatives ont ceci de particulier qu'elles offrent aux différents candidats d'augmenter leurs points à l'examen et la possibilité d'accroitre ainsi leurs chances de se glaner des mentions. Ce qui n'est pas du goût d'autres acteurs du système éducatif..


À en croire un bon nombre d'enseignants, toutes les matières facultatives ou non doivent être logées à la même enseigne afin de ne pas faire de privilégiés. " Si une note d'Edhc peut permettre d'obtenir le Bepc, et pourquoi pas la note de musique ou d'arts plastiques où le candidat à des aptitudes, s'interroge O.G enseignante de sciences. Pour cet autre, il faut repenser notre système éducatif en songeant à désengorger l'enseignement général pour la création des départements spécialisés. " Un élève qui a obtenu son diplôme grâce à sa très forte note en musique ou dans les arts plastiques peut être orienté vers une filière en lieu et place d'un système général où toutes les disciplines vont être enseignées. Cet élève court à sa perte", commente-t-il.


On le voit le système éducatif continue de faore couler encre et salive. La tenue prochaine des états généraux de l'éducation nationale semble la bienvenue pour mettre sur table tous les problèmes qui minent l'école ivoirienne.


Like et laisse un commentaire.

Content created and supplied by: GALLETRICHARD (via Opera News )

pierre gadié richard gallet yopougon

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires