Sign in
Download Opera News App

 

 

Education nationale / Encore des jours sombres annoncés sur l’école ivoirienne !

A peine nommée à la tête de l'Education nationale, Mariatou Koné est déjà à la tâche.

Les enseignants de Côte d’Ivoire ne sont pas contents. Notamment ceux réunis au sein de la Cosefci (Coalition du secteur éducation/formation de Côte d’Ivoire). Le 28 avril 2021, par la voix de leur porte-parole Kouamé Bertoni, ils ont annoncé trois jours de grève, si leurs revendications ne sont pas satisfaites. Un mot d’ordre qui met l’école ivoirienne en sursis, une fois de plus, depuis la nomination de la ministre Mariatou Koné, en remplacement de Kandia Camara.

Revalorisation des indemnités de logement actuellement à 40 000 Fcfa/mois, création d’une intendance commune pour le paiement des primes de correction et de surveillance des examens à grand tirage, paiement des salaires des 1 500 enseignants suspendus pour raison de grève en 2020, suppression du statut d’Instituteur adjoint. Voici les revendications de la Cosefci (Coalition du secteur Education/Formation de Côte d’Ivoire), non-satisfaites par l’Etat de Côte d’Ivoire.

Les élèves pourraient se retrouver hors des salles de classe, si rien n'est fait.

Afin d’obtenir gain de cause, la Cosefci a décidé d’un mot d’ordre de trois jours de grève. Seulement, le début de ce débrayage n’a pas été signifié, lors de l’Assemblée générale extraordinaire du 28 avril 2021, qui a eu lieu à Yopougon, dans le District d’Abidjan. Les responsables dudit syndicat ont laissé entendre que c’est une question d’heure, et que les concernés seront informés à temps, relativement au début du débrayage. Toutefois, la Cosefci prévient qu’elle peut aller en grève illimitée, si elle n’obtient rien de l’Etat pendant les trois jours de grève, dont la période reste à définir.

Encore un autre souci pour la ministre Mariatou Koné, après seulement trois semaines de présence à la tête de l’Education nationale de Côte d’Ivoire. Après avoir réussi à décanter la situation des fondateurs du privé laïc et confessionnel, la ministre Mariatou Koné saura-t-elle trouver les ressources nécessaires pour désamorcer cette autre ‘‘bombe’’ ? En attendant la réponse dans les jours à venir, on peut d’ores et déjà affirmer que Kandia Camara a laissé un ‘‘lourd’’ héritage à Mariatou Koné, qui n’a pas eu droit à un temps d’observation.

Yob

Content created and supplied by: RolandYobouet (via Opera News )

mariatou koné

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires