Sign in
Download Opera News App

 

 

Top 100 des meilleurs universités en Afrique: Comment la Côte d’Ivoire compte se positionner

L’instauration du système Licence-Master-Doctorat (LMD) en 2012 dans l’Enseignement supérieur en Côte d’Ivoire n’a permis à aucune université ivoirienne de figure parmi le top 200 ou 100 du classement des meilleures universités africaines, alors que la Côte d’Ivoire, selon Abidjan.net, consacre beaucoup au niveau budgétaire au système éducatif de façon générale et de façon particulière au sous-secteur de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique (ESRS).

Le Professeur Adama Diawara, Ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique l’a indiqué le mercredi 20 Octobre 2021 à Abidjan à l’ouverture officielle de l'atelier de réflexion sur le « Ranking des universités africaines ».

 « Pour le budget 2021, quand on regarde le financement des programmes, hors traitement de la dette extérieur, sur 5165 milliards de FCFA en jeu, 1395 milliards FCFA à savoir un peu plus de 27% de ce budget était alloué à l’ensemble des trois sous-secteur du système éducatif. Ainsi, 17% était alloué au sous-secteur Enseignement Supérieur et Recherche Scientifique. Ce qui était énorme, comparé à ce qui se fait dans la sous-région », a révélé Adama Diawara.  

Cette situation, pour le professeur Adama Diawara est "inacceptable" au regard des investissements consentis par l’Etat de Côte d’Ivoire. Cet atelier de réflexion qui a cours, dit-il, va permettre de mettre en place des stratégies et réformes afin que très bientôt les universités ivoiriennes soient aussi bien classées au même titre que les universités sénégalaises.

« La Suisse finance le Centre suisse de recherche scientifique depuis 70 ans en Côte d’Ivoire. (…) On a évidemment intérêt à ce que les universités et les grandes écoles ivoiriennes soient bien classées», a soutenu madame Anne Lugon-Moulin, Ambassadeur de Suisse en Côte d’Ivoire, selon notre confrère.

Qui ajoute que la Suisse a obtenu de très bon ranking sur les 15 dernières années selon l’Ambassadeur, Anne Lugon-Moulin notamment grâce à trois facteurs principaux: le premier relatif à la part budgétaire du gouvernement dévolue à la recherche aux universités et aux écoles. Le deuxième facteur est relatif à la place du secteur privé qui finance énormément de projets universitaires et ses propres recherches. Puis, le troisième sur l’intégration de la Suisse à des programmes régionaux de recherche et un réseautage mondial.

Le Programme d’appui stratégique à la recherche scientifique (PASRES) et le Fonds pour la Science, la technologie et l’innovation (FONSTI), organisme de financement de la recherche et de l’innovation souhaitent apporter leurs contributions à la réflexion pour définir des stratégies et actions qui pourraient aider les universités ivoiriennes à améliorer leur performance et leur positionnement dans le classement continental et mondial, a souligné bien avant, le Secrétaire général du FONSTI, Dr Sangaré Yaya.

Cet important atelier, qui a lieu du 20 au 22 octobre 2021 à Grand-Bassam, vise à mettre en place un système de classement national annuel entre les établissements publics d’enseignement supérieur, basé sur les performances managériales, scientifiques et technologique. 

Nathanaël Yao

 

Content created and supplied by: Africanewsquick.net (via Opera News )

Côte d'Ivoire

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires