Sign in
Download Opera News App

 

 

Ramatoulaye, humoriste parle de politique et de ses réalisations grâce à l’humour

Il est depuis le week-end dernier, le meilleur humoriste de Côte d’Ivoire. Quelques jours après son sacre, Ramatoulaye parle. Interview.


Vous avez remporté le Prix du meilleur humoriste de Côte d’Ivoire le week-end dernier, comment vous sentez-vous aujourd’hui ?


J’ai remporté le grand Prix 2020 organisé par Ivoir-humour

ainsi que celui du meilleur humoriste scène. Je suis très heureux. Je ne peux même pas exprimer ma joie tellement qu’elle est grande. Je suis le premier humoriste ivoirien à remporter en plus des prix, une voiture. C’est une fierté pour moi, et un challenge qui va me pousser à demeurer dans le top-niveau. Je suis fier des fruits de mon travail et je vais célébrer cette victoire encore longtemps. Depuis le samedi, je fais des vidéos, tellement que je suis content. Les Ivoiriens vont me ‘’sentir‘’ (mettre plein les yeux, ndlr) ces jours. J’ai remarqué qu’en Côte d’Ivoire, on ne célèbre pas trop les victoires. Il faut savourer ses victoires car c’est le fruit d’un travail bien fait. Je suis vraiment très content.


Vous êtes le premier humoriste à remporter des Prix dont une voiture, l’humour est-il davantage en train de gagner en grade dans le paysage culturel local ?

L’humour ivoirien depuis quelques années s’est confortablement installé aux côtés des grandes activités culturelles. Je salue le travail de tous nos grands frères, nos devanciers, ces personnes qui ont ouvert la voie. Je félicite également tous mes camarades humoristes pour les efforts fournis. La Côte d’Ivoire est devenue incontournable sur le continent en matière d’humour. Nous devons en être fiers.


Vous êtes bien souvent victime de propos injurieux sur la toile après des vidéos satiriques jugées inappropriées. Seriez-vous incompris ?

Je suis vraiment incompris par certaines personnes. Je suis un fou de l’humour qui croit qu’on peut rire de tout, sauf de Dieu. Mon intention, lorsque que je fais des blagues, c’est d’arracher le sourire à mes compatriotes, mes amis, frères et sœurs. Je veux mettre la joie dans le cœur et j’ai ma manière à moi de le faire. Lorsque j’ai fait la blague sur Laurent Gbagbo, j’ai senti que le pays était un peu tendu. Les gens étaient crispés. Quand j’ai vu les réactions, je me suis excusé. Dernièrement avec Yodé et Siro, c’était une manière à moi de participer à la promotion de leur album. Sinon de quel droit un artiste irait dénigrer d’autre et leur faire une contrepublicité ? La preuve est que ça a suscité la curiosité des gens, et l’album a bien marché.

Pour vous, il y a des sujets sensibles avec lesquelles les Ivoiriens ne rigolent pas ?

Malheureusement c’est le cas et c’est dommage selon moi. On doit pouvoir rire de tout. En France, on rit de tous même du Président.

La France et la Côte d’Ivoire n’ont pas les mêmes valeurs culturelles non plus…

Oui bien sûr, mais ça permet d’éviter beaucoup de choses. Ça permet de détendre l’atmosphère. Il y a aussi une chose avec les Ivoiriens. Dès qu’un artiste est invité pour prester dans une manifestation politique, il est tout de suite catalogué. On doit arrêter de penser de cette façon. Un artiste chante partout, il se vend partout où le besoin se fait sentir. Nous avons des fans de tous les bords politiques de toutes confessions religieuses. J’ai entendu récemment des gens dire que Yodé et Siro, pour avoir chanté à l’investiture de Bédié, étaient devenus Pdci. C’est vraiment déplacé de penser ça. Où est le rapport ? Dimanche dernier, je reçois un message qui : ‘’Ramatoulaye a gagné le prix parce qu’il est Rhdp, sa maman c’est Kandia Camara        ‘’. Ces personnes renient tout le travail qu’on fait. Ça fait que les artistes sont de plus en plus retissants, quand des partis les contactent pour des prestations. On n’a pas envie d’être identifié à un parti.

 

Comment crois-tu que la Côte d’Ivoire a façonné l’humour ?

Les humoristes ivoiriens ont totalement façonné l’humour. Ils ont réinventé le métier d’humoriste. Nous avons valorisé et propulser ce métier en Afrique. Aujourd’hui je suis content, parce qu’on ne peut pas parler d’humour en Afrique et ne pas parler de la Côte d’Ivoire. Pour cela, je remercie aussi la RTI qui a donné la chance, l’espace aux humoristes de s’exprimer. Je rends également hommage à Arafat DJ et vous allez me demander pourquoi ? Voilà un artiste qui est arrivé avec la rage de vaincre, l’envie de toujours gagner avec le travail. Lorsqu’il exhibait ses voitures, ses trophées, ses réalisations, à côté, nous étions aussi fouettés dans notre orgueil. Voilà comment la lutte pour être le meilleur, le travail acharné, se sont éveillés dans notre milieu. Qui ne veux pas être le meilleur, qui ne veux pas rouler carrosses, la concurrence est très vitale pour nous, nous permettre d’aller encore plus loin. Arafat DJ a forcé les humoristes à se surpasser.  Aujourd’hui, les humoristes brillent pour la plupart, et c’est très bien.


L’humour nourrit très bien son Homme alors ?

L’humour nourrit très bien son Homme ! Avec l’humour je me suis réalisé. J’ai acheté une villa de plus de 45 millions F, j’ai des réalisations, j’ai plusieurs voitures. J’ai offert une voiture à mon père, je suis en train de construire une maison à mes parents. L’humour paie, à condition de travailler et de savoir s’organiser.


Quels sont vos projets à court terme ?

Les projets sont nombreux, notamment des spectacles en préparation. Mais ce qu’il faut dire c’est que nous avons peur. La situation devient de plus en plus tendue. Je demande à nos autorités politiques de mettre un peu d’eau dans leur vin. Pensez à nous qui vivons au jour le jour. Si c’est gâté, nous sommes très nombreux à ne plus pouvoir manger. A tous nos politiciens, mettez balle à terre pour une Côte d’Ivoire qui avance.

AKE

  

Content created and supplied by: Eddy3 (via Opera News )

Côte d'Ivoire Ramatoulaye

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires