Sign in
Download Opera News App

 

 

Après le 19 septembre 2002, arriva Douk Saga, armé du coupé-décalé, pour combattre la guerre

Au lendemain de la tentative de coup d’état dans la nuit du 18 au 19 septembre 2002, les populations ivoiriennes sont dans la désolation. Les assassinats du général Guéi, et de certains Ministres du gouvernement Affi plongent le pays dans la stupeur. Le couvre-feu instauré sur toute l’étendue du territoire n’est pas fait pour détendre l’atmosphère. Corrélativement, les Ivoiriens habitués aux virées nocturnes, sont obligés de changer brusquement d’habitudes. Leur angoisse est à son comble.

C’est dans un contexte de mi-guerre mi-paix qu’arrive, « comme le messie », Doukouré Hamidou Stéphane, alias Douk Saga. Tel un aventurier, il a dans son sac artistique, le décalé-coupé devenu plus tard, le coupé-décalé. Certainement, parce qu’il est plus logique de couper avant de décaler…

Le décalé-coupé est d’abord annoncé comme une danse. La première œuvre discographique de Douk Saga, ‘’ Sagacité", sortie en 2003, trouve un écho très favorable chez les mélomanes ivoiriens, les jeunes surtout. Rythmes toniques, inspirés des percussions ivoiriennes et congolaises, des paroles joyeuses, textes simples, il n’en fallait pas plus pour redonner la joie, l’envie de vivre aux Ivoiriens. Les virées nocturnes reprennent. On fait ‘’le malin’’ dans les boîtes de nuit jusqu’au petit matin, à l’heure de la levée du couvre-feu. Pour les plus prudents, le show se fait désormais en journée. On fait le boucan à outrance ! On oublie presque la division du pays en deux.

Ainsi, très tôt, le coupé-décalé révèle sa véritable essence : un style de vie. En effet, avant son avènement en Côte d’Ivoire, il désignait un style de vie d’Ivoiriens vivant en France. Les adeptes du coupé-décalé, membres de la jet-set, Lino Versace, Molare, Boro Sanguy, Solo Béton, Bedel Patassé, Kuyo Junior, avec à leur tête le « président Douk Saga », sont d’abord des « boucantiers », des noceurs aimant attirer l’attention par les dépenses excessives dans les boîtes de nuit parisiennes.

En tant que style de vie, donc conception particulière de la vie, le coupé-décalé est le noyau d’un bataillon « de joie et de gaieté ». Cigares, chaussures et vêtements de luxe, bijoux de valeur... tels sont les accessoires du boucan, du farot-farot, de la prodada. Pour parachever le tout, les jet-seteurs ne manquent pas d’accompagner leurs prestations de « travaillement » (fait de distribuer des billets de banque aux spectateurs ou à un artiste pour faire montre de son aisance financière).

Ce mode de vie, comme il fallait s’y attendre, ne fait pas l’unanimité. L’exhibition de la richesse (prétendument mal acquise) et ce mode de vie ostentatoire déplaisent aux moralistes. Vantards de vantardise ! Se serait sans doute écrié Ahmadou Kourouma.

Mais Douk Saga est un président fort. Comme il le dira lui-même « On n’est pas président pour rien. Quand on est président, c’est qu’on est fort ». Contre vents et marrées et aidé par les membres de son gouvernement musical, tels que Molare, Boro Sangui ou encore Papa ministre, il réussit à imposer le coupé-décalé comme un genre musical avec lequel il faudra désormais compter ; un genre musical que les genres existants, notamment le zouglou, devront craindre.

Sous l'impulsion des disc-jockets (DJ), le coupé-décalé, genre musical, s'impose dans les maquis, bars et boîtes de nuit ivoiriens, africains,puis européennes. Le coupé-décalé n'est plus une musique locale. Il acquiert une dimension internationale.

Au sommet de sa gloire, le roi du coupé-décalé lutte contre un mal pernicieux. Le 12 octobre 2006, à l’âge de 32 ans, Doukouré Hamidou Stéphane, le président Douk Saga, décède à Ouagadougou, au Burkina Faso. Son corps est accueilli à la dimension de sa popularité. Ses funérailles sont somptueuses. Le héros national s'en est allé pour toujours.

Mais Douk Saga laisse un riche héritage, son patrimoine culturel, le coupé-décalé. Peu de temps après, la relève est assurée par la nouvelle génération, avec Arafat qui finit par s'imposer comme le nouveau roi. Les paroles deviennent rares, faisant place aux onomatopées et autres interjections. Dans tous les cas, il ne faut pas chercher à comprendre. L'essentiel c'est de danser. Les pas de danse deviennent acrobatiques.

Mais le coupé-décalé continue son chemin. Même s’il n’a plus de roi. Enfin, pour l'instant : Arafat a rejoint Douk Saga. À 33 ans...

Marius K., Le_Littéraire

Content created and supplied by: Le_Littéraire (via Opera News )

Douk Saga

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires