Sign in
Download Opera News App

 

 

Calixte Beyala "attaque" les influenceuses africaines : «Elles sont dangereuses»

Calixte Béyala, écrivaine camerounaise et panafricaniste reconnue, a sur sa page Facebook écrit un pamphlet pour fustiger les influenceuses africaines. Elle n'est pas allée de mains mortes en déclarant in facto :

«Ces influenceuses qui risquent d'amener nos jeunes vers les dérives.»

Ainsi, elle alerte la jeunesse africaine sur les dangers qui la guettent en suivant ces influenceuses sur les réseaux sociaux.

On la reconnait pour sa franchise, son franc-parler et son amour inconditionnel du continent africain.

Calixte s'est faite, au fil des annéees, défenseure de l'Afrique et des africains.

Elle s'insurge contre ses jeunes dames qui vendent du rêve à la jeunesse africaine en exhibant leurs vêtements, leurs biens et autres artifices pour s'attirer les regards et les foules.

Elle s'écoeure du fait que ses jeunes dames exhibent des biens factices pour plaire, en égarant la jeunesse africaine en quête de repères. Morceaux choisis

"On les voit ça et là, vanter leurs vies de richesses et d'abondances dans les réseaux sociaux. Elles ne voyagent qu'en First, ne dînent qu'au Fouquet's, ne s'habillent qu'en Prada ou Hermès, du moins le font-elles croire.

Leurs moult compagnons leur offrent des 4/4 à dix milles chevaux, ultra chics et perfectionnés, des sacs Dior en Croco pour leurs pauvres anniversaires, du moins, le racontent-elles sur leurs comptes Facebook et autres Instagram, images à l'appui.

leurs amants titulaires leur offrent les millions de franc CFA par mois et voire plus, elles se font filmer dans les villas et suites des hôtels de luxe pour étaler leur réussite.

Et elles ont des followers ! Des millions des jeunes filles suivent leurs si magnifiques vies en salivant d'envie, rêvassant de devenir elles aussi des stars du vide, ignorant que ces influenceuses vendent du vent, que personne ne gagne autant d'argent sans travailler.

Apres avoir dépeint le tableau, elle rajoute en termes explicatifs que ces infuenceuses sont des facteurs d'échec de plusieurs jeunes filles africaines qui veulent absolument leur ressembler. Elles les dépeint d'ailleurs comme un fléau en Afrique.


«Et les voilà, véritables fléaux pour nos jeunes gens qui vont oublier sous leur influence, l'importance du travail, des études et du devoir bien accompli seuls garants d'un bon destin.

Il convient de le dire : ces influenceuses sont dangereuses pour l'équilibre de jeunes filles fragiles qui auraient - sans la présence de ces influenceuses, - étudié, rencontré un compagnon normal avec qui elles auraient bâti une belle vie dans un univers réel !»

Et nos jeunes filles oublieuses de la réalité face à la déferlante du faux charrié par nos influenceuses, se laissent happer dans cet univers cybernétique si factice.

l'écrivaine ne s'arrête pas là, elle va ensuite expliquer sa thèse, la détailler, la rendre explicit, en dépeignant la réalité loin du chic et du bling-bling que brandissent ces jeunes dames sur les supports de commmunication modernes y compris la télévision. Elle parle de la vraie vie.

«Oui, dans la vraie vie, - en dehors de quelques milliardaires-, personne n'offre autant de luxe à une femme. Les hommes et les femmes travaillent dur pour gagner leur pitance, pour se construire une maison et élever leurs enfants.

Dans la vraie vie en dehors d'enfants d'ultra riches, personne n'offre des voitures supersoniques à son fils pour son anniversaire....

Dans la vraie vie, les vrais riches cachent l'étendue de leurs richesses.

Les influenceuses vous veulent du mal, pour la vraie vie»

Voilà donc le ressenti de la journaliste qui s'apparente à une diatribe sévère contre ces dames qui rassemblent des millions de jeunes africains et ètrangers sur leurs pages. Et font même l'objet d'émission de télé dans certains pays.

Toutefois, nous sommes en mesure de se demander si influenceuse rime forcement avec inactivité et bling-bling ?

Emma Lohouess et Emmanuelle Keita, les actrices ivoiriennes, ont monté des structures de commerce et aident des jeunes filles à acquérir du boulot.

Eunice Zunon, web-comédienne et chroniqueuse Télé. Elle n'est pas milliardaire. Elle n'exhibe pas ses richesses. Elles a des centaines de milliers de followers.

Il convient donc de faire la part des choses en séparant le bon grain de l'ivraie.

Toutes les influenceuses n'ont pas un impact négatif sur la jeunesse africaine. Certaines prodiguent de bons conseils.

Enfin, il y'a aussi un paradoxe. Ceux qui ont reussi en travaillant dur, et en ayant de grands diplômes n'exhibent pas leurs richesses pour servir d'exemples et être des modèles.

JMD

Cliquez sur suivre pour rester au parfum de l'actualité.

Content created and supplied by: JimDASSE (via Opera News )

calixte beyala calixte béyala

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires