Sign in
Download Opera News App

 

 

Culture de chez nous, Brou le dixième enfant !

Dans certaines sociétés de Côte d’Ivoire, le dixième enfant d’un même couple est considéré et célébré comme un don des cieux, d’où l’expression « danser le dixième enfant », c’est-à-dire l’accueillir sous les meilleurs auspices.

Dans certaines autres localités, le même dixième enfant est accueilli sous les mauvaises auspices et voué à un avenir incertain.

C’est dans cette atmosphère que nous vous relatons notre histoire.

Brou est d'une tribu, de même père et de même père et de même mère, comme on a coutume de le dire chez nous...Brou ainsi que nous l'allons désigner est né sans l'avoir souhaité dans une région où il était sacrilège. Sa mère génitrice, est dixième fille de la grand-mère, survivante malgré le fort taux de mortalité infantile ambiant.

De cette formidable portée, il ne lui en restait que trois enfants. Brou et ses deux sœurs cadettes. L'aide discrète du père Leroch, missionnaire père blanc sauva ce dernier d'une disparition rituelle, incroyablement prévisible. Les dieux et les génies sont coriaces avec la rancune tenace ... Brou fréquentait l'école de la mission catholique et grandit en intelligence et en beauté. Étudiant brillant, il est professeur agrégé en neurologie des plus grandes universités de France et de Navarre. Il est mon ami. Ce qui n'est pas rien.

Renommé et florissant, il construisit dans son village, au quartier et non sur les promontoires, une magnifique concession pour sa mère et ses deux sœurs, avec villa attenante pour lui-même et sa famille d'Abidjan. Il chargea sa grande sœur de l'administration de la cour familiale. Tout allait bien apparemment dans le meilleur des mondes, jusqu'à l'avènement de leur maladie bizarre appelée corona virus.

Un jour, il arriva impromptu au village et trouva sa mère alitée, fiévreuse et seule avec 2 jours de diète. Tremblotant comme une feuille, il appela en urgence, le médecin du village au chevet de sa mère et tout rentra dans l'ordre.

-Mais ma sœur, où est donc ma sœur ? Au campement depuis quelques jours firent les voisins. Brou la manda chercher, qui ne comprenait pas cet abandon voire ce dénuement en pleine période de confinement.

Un jour que nous évoquions ces travers de notre société, il me dit en substance...

Quand tu as réussi tes études, tu n'as rien réussi du tout.

Quand tu crois avoir dégotté un bon job, tu n'as rien dégotté du tout

Quand tu crois être chef d'une famille, tu n'es rien du tout. Tu en es l'esclave que Dieu dispose dans chaque famille. Moi, Brou j'ai échappé à ma destinée première pour non être le guide mais le serviteur de cette famille.

Prends cela en conscience sinon pourquoi serais-tu le survivant de la réussite dans ta famille ?

J'en ai été triste mais le fardeau est moins lourd à porter...

Peut importe l’histoire, l'amour du prochain libère.

Brou, alors pour ne point laisser sa génitrice à la désolation, -après tout ne lui devait -il pas tout, LA VIE ? Il s'en retourna à Abidjan pour louer les services d'une aide-soignante à disposition de sa mère, au grand dam des habitants du voisinage ...La mère vint à mourir. La grande sœur hérita du pavillon maternel et continua à bénéficier de la présence de l'aide-soignante ainsi que des subsides de Brou.

Pensez-vous qu'il portait la croix du destin ?

Qu'auriez-vous fait à la place de Brou ?

Condor.

[ ]Si vous avez aimé partagez et faites-moi vos commentaires 

Content created and supplied by: Condor (via Opera News )

Brou

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires