Sign in
Download Opera News App

 

 

Debordo Leekunfa et sa "déclaration de guerre"

Le chanteur de Coupé-décalé, Debordo Leekunfa, est depuis vendredi 8 octobre au centre d'une grosse polémique qu'il a lui-même provoquée. En déclarant sur sa page Facebook qu'il chante mieux que les chanteurs de Rumba congolaise qui, selon lui, ne seraient pas ingénieux en termes de créativité, le Mimi s'est mis à dos une partie des mélomanes. Avec à la clé une grosse vague d'indignation, aussi bien en Côte d'Ivoire que sur les bords du fleuve des deux Congo. 

Debordo déclare par exemple qu'aucun chanteur congolais ne peut rivaliser avec lui. Pas même El Mara, Fally Ipupa, qu'il qualifie au passage de piètre chanteur. Quand on sait l'aura de Dicap La Merveille actuellement en Afrique de l'ouest francophone, de tels propos sonnent comme une déclaration de guerre aux oreilles de ses fans. Et certains d'entre eux n'ont pas tardé à répondre à la place de leur idole. 

Après tout, cette sortie n'aurait été faite qu'à dessein. C'est bien sur le terrain de la musique qu'il a en partage avec ses collègues Congolais que le chanteur de Coupé-décalé a lancé la polémique. 

À lui seul, Fally Ipupa est presqu'un orchestre. De simple danseur au sein du Quartier Latin de Koffi Olomidé à chef d'orchestre, en passant par l'animation, l'ex-petit "chégué" a gravi les échelons et mérité aujourd'hui sa place. Il a tout pour lui : le talent, la voix, la prestance, des mélodies propres et identifiables parmi tant d'autres. Pour qui connaît un peu la musique congolaise, le live est un passage quasi obligé, surtout un lieu de détection des talents. 

Le Soukouss et la Rumba sont à ce titre un gros héritage artistique et musical, depuis les années 30-40. Avec la génération des Paulo Kamba, African Jazz, OK Jazz, Zaïko Langa Langa, Joseph Kabasele, Tabu Ley Rochereau, Pepe Kalle, Franco, MBilia Bel (pour ne citer qu'eux). À cette époque-là, un certain Debordo Leekunfa et le Coupé-décalé n'étaient pas encore nés. Ce genre musical ivoirien n'est apparu qu'au début des années 2000. 

Bien des décennies avant, l'Afrique de l'ouest était déjà dominée par la musique congolaise, le high-life nigérian et ghanéen, jusqu'aux années 60. En Côte d'Ivoire, il a fallu un certain Amédée Pierre, pour poser les jalons de la musique ivoirienne moderne. Il jouait en live, à Treichville, à l'ex-Oasis du Désert. C'est sur sa proposition d'ailleurs que le président Félix Houphouët-Boigny s'impliquera personnellement pour la création d'un bureau ivoirien du droit d'auteur en faveur des artistes locaux, aujourd'hui le BURIDA. Toute une histoire. 

Bref, on n'ira pas plus loin. Une chose est certaine. Debordo Leekunfa réussi quand même à faire parler de lui en ce moment, environ un mois avant la sortie de son nouveau single, "Détounounan" (enfant égaré, en Malinké). Sortie prévue le 9 novembre prochain. La chanson est inclue dans son nouvel album Massaï. Alors que le Mimi veut revenir sur la scène, quoi de mieux que de s'attaquer à des artistes congolais rompus à l'exercice du live et des sonorités authentiques qui traversent les générations. 

L'une des lacunes qu'on a souvent reprochée aux chanteurs Coupé-décalé est le fait qu'ils n'ont pas de textes. Mais on espère que pour son prochain disque, Debordo Leekunfa (qui fait partie avec Ariel Sheney des héritiers du Coupé-décalé) saura s'illustrer de la meilleure des manières. Avec un disque qui lui ouvrira notamment les portes sur l'extérieur, comme Fally Ipupa qui a déjà collaboré avec les Américains R-Kelly et Olivia du groupe G-Unit, par exemple.

Content created and supplied by: Fatogoma (via Opera News )

debordo leekunfa fally ipupa rumba congolaise

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires