Sign in
Download Opera News App

 

 

Côte d'Ivoire : ce qui s'est réellement passé au procès de Yodé et Siro

Présentés devant le procureur de la République Adou Richard le jeudi 3 décembre 2020, les chanteurs Zouglou, Yodé et Siro, se sont expliqués sur les faits qui leur sont reprochés.

Comment Yodé et Siro se expliqué devant le procureur de la République

Les chanteurs Zouglou, Yodé et Siro, sont sous les feux des projecteurs depuis leur virulente sortie contre le président Alassane Ouattara et le procureur Adou Richard, dimanche dernier lors d'un spectacle à Yopougon.

‘’Troisième mandat, le président ne respecte pas la loi; le procureur lui-même n’est plus procureur. Il est procureur d’un seul camp. C’est quel pays ça là ?", Allez dire au procureur Adou Richard, allez lui dire qu’un mort, c’est un mort. On ne passe pas son temps à chercher les autres dans les villages pendant que des gens sont ici avec des machettes et ils sont bien identifiés‘’, a dénoncé Siro.

Convoqués mercredi 2 décembre 2020 au Commandement Supérieur de la Gendarmerie, Yodé et Siro y ont passé la nuit et ont été transférés le jeudi suivant devant le procureur de la République. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que les enfants de Gbatanikro, n'ont pas du tout tremblés devant les nombreux fans et artistes qui sont venus les soutenir.

Interrogé, Siro a signifié avoir porté haut la voix de la population. "Nous avons relayé le message de la population (...) Depuis 1996, nous faisons les meilleures ventes et les meilleurs albums parce que nous sommes dans la vérité", a-t-il indiqué.

De son côté, Yodé ne s'est pas du tout désolidarisé de son fidèle compagnon. ''Mr, nous sommes un groupe, donc j'assume aussi ce que Siro a dit'', a-t-il ajouté.

Le Tribunal a finalement déclaré Yodé et Siro coupables des faits qui leur sont reprochés. Ils ont donc été condamnés à 12 mois d’emprisonnement avec sursis et à 5.000.000 de fcfa d'amende chacun.

Content created and supplied by: Djakonanci (via Opera News )

Adou Richard Siro Yodé

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires