Sign in
Download Opera News App

 

 

Drame à Yopougon : il bat sa petite amie et elle trouve la mort

Dans la nuit de ce mercredi 22 septembre 2021, un jeune homme connu sous le pseudonyme de « Jumeau » dans son quartier à Yopougon Camp militaire, se retrouvera au cœur d’une scène de ménage à la conséquence désastreuse.

« Jumeau » qui soupçonnait sa compagne d’infidélité, selon nos sources, l’aura battue pour laver cet affront d’homme blessé dans son amour-propre. Toutefois, quelque temps après, il constatera l’inertie du corps de sa petite amie et se rendra à la gendarmerie de son propre chef.

Cet événement tragique donne force au sarcasme de la psychologue Odile Pohan qui fait couler beaucoup d’encre ces derniers temps. Elle disait au cours d’une émission à la télé, pour taquiner la gente masculine, que les hommes devraient supporter l’infidélité des femmes puisqu’elles sont tout le temps à supporter la leur.

« Jumeau » vient de commettre l’irréparable en battant sa petite amie. Celle-ci ne reviendra plus parce que quelque part, un homme se sentant trahi n’aura pas su se contrôler. En effet, dans la colère, un coup donné dans le but de remettre l’autre au pas selon ses propres critères peut s’avérer lourd de conséquence.

Aussi, faut-il rappeler qu’une vie de couple dure parce qu’il y a une volonté de part et d’autre de la faire durer. Sur la base des règles que l’on se donne au sein du couple, l’harmonie et l’entente seront certainement des valeurs qui ne tariront pas. Cependant, si l’un des partenaires vient à fauter, la violence ne résoudra rien, car un oui arraché par la violence, n’est qu’un non déguisé qui pourrira la vie de couple.

Nous ne nous substituerons pas à nos autorités judiciaires pour faire le procès à ce jeune homme, néanmoins, nous espérons que ce récit de fait tragique serve de rappel à quiconque se sentirait sur le point de battre un partenaire pour quelque raison que ce soit, que l’être humain est fragile. 

Content created and supplied by: Sasmisterio91 (via Opera News )

odile pohan yopougon camp militaire

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires