Sign in
Download Opera News App

 

 

Camille Makosso : il abandonne...

Camille Makosso l'a dit, il veut se débarrasser du manteau qui a contribué en partie à le rendre populaire sur la toile. Notamment ses sorties délirantes, parfois outrageantes. Si le personnage iconoclaste et anticonformiste essaie désormais de tenir sa langue en bride sur les plateformes sociales, c'est bien parce qu'il l'a décidé ainsi. Au grand dam des adeptes friands de ses propos tonitruants.

Comble de l'ironie, le roi de la "marmaille" et pasteur autoproclamé de la "Chine" a même eu une réaction inhabituelle dernièrement, aux antipodes de son tempérament sulfureux. Il se dit étonné par l'outrecuidance de ce guide religieux, arrêté par la police le 31 mars, après avoir déclaré à la ville et au monde qu'il était l'incarnation de Jésus-Christ. Une déclaration devant laquelle le "marmailleur" en chef s'est incliné : «Le père de la marmaille lui-même est dépassé», a-t-il posté aussitôt après.

(Camille Makosso n'en revient pas qu'un homme se prenne pour Dieu)

Le lendemain 1er avril, il s'est fendu à nouveau d'une publication, très explicite cette fois-ci sur sa nouvelle vision. «J'entends plusieurs personnes publiques faire des posts disant, "Makosso insulte les gens mais on ne l'arrête pas". En 2022, on ne fait plus de clash, on sert Dieu. Amen», écrit-il. Sa déclaration a eu pourtant l'air d'une autoflagellation, puisque des petits malins ont répondu ironiquement, que "Jésus Baoulé" a été livré par Judas. Et quand on sait qui est surnommé Judas en Côte d'Ivoire...

Depuis quelque temps, Camille Makosso s'est vu affubler du sobriquet peu glorieux de Judas le traître. Cela, pour une histoire de football qui s'est terminée en queue de poisson entre supporters camerounais et ivoiriens, lors de la Can Cameroun 2021. Mais ça, c'est une autre histoire. 

A en croire Makosso, fini donc les "attaques à bouche armée", les combats de coq et autres règlements de compte sur les réseaux sociaux, entre lui et des personnalités publiques. Ces personnes avec qui il s'entendait comme chien et chat. La dernière personne avec laquelle il promettait d'en découdre à son arrivée en Côte d'Ivoire est Apoutchou National. Mais ça, c'était avant. Camille Makosso est né de nouveau. Pourvu qu'il en soit ainsi ! 

(Après avoir dit qu'il tourne la page des clashes, Makosso veut se présenter sous son nouveau manteau)

Il existe un temps pour tout. De surcroît, la Côte d'Ivoire instaure de nouvelles lois sur l'utilisation des réseaux sociaux. Les autorités appellent les usagers à canaliser leurs propos. Les insultes, calomnies ou autres expressions qui violent la charte de bonne conduite sont passibles de sanctions. Bien avant cela, Camille Makosso avait déjà déclaré plusieurs fois dans des vidéos qu'il mettait fin aux clashes en 2022.

Un tour sur ses plateformes sociales permettent de constater, depuis quelques semaines, que ses vidéos sont désormais presque aseptisées, bien que les annonces de contenus restent quelque peu ronflants. Signe du "ralliement" de l'homme autoproclamé "Daïshi" des pasteurs ? En tous les cas, un peu d'ordre dans ce capharnaüm ne ferait de mal à personne.

(Les leaders religieux reçus par la Direction générale des cultes)

Le 5 avril dernier aux Deux-Plateaux, par exemple, la Direction générale des cultes a eu une rencontre avec des guides religieux connus pour les propos virulents au cours de leurs prédications. Il s'agit notamment de Gédéon de la Tchétchouvah, Da'Awah dans la rue (DDR), Thierry le russophone et les Initiés de la parole du Seigneur Jésus-Christ. La rencontre s'est tenue en présence de l'imam Ibourahima Binaté, Conseiller technique de Vagondo Diomandé, Ministre de l'Intérieur et de la Sécurité. Ces prédicateurs ont été invités à s'exprimer dans le respect de la liberté religieuse en se passant des propos agressifs vis-à-vis des autres religions. 

Quant à Camille Makosso, il est actuellement en séjour à Paris. Il a été invité par une structure le 6 avril pour la promotion d'un nouveau service qu'elle met en place. Le "marmailleur" a eu le flair de mettre un terme aux attaques verbales. L'homme tente désormais de se donner une image plus policée.

Content created and supplied by: Fatogoma (via Opera News )

camille makosso chine

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires