Sign in
Download Opera News App

 

 

[Opinion ] - Vitale, Carmen, Makosso : le buzz jusqu'au... bout !

Ces dernières semaines, Vitale, Carmen Sama et Général Makosso ont fait couler encre et salive. Pour la spécificité de chacun d’eux. La première est chanteuse, la seconde veuve d’une légende de la musique et le dernier cité, pasteur. Célèbres qu’ils sont, leurs faits et gestes sont suivis à la loupe par leurs admirateurs respectifs. Que disons-nous ? Leurs faits et gestes nous retrouvent tous dans nos canapés, relayés à profusion, régulièrement en direct-même, sur les réseaux sociaux. A quelle fin ? N’avez-vous pas dit visibilité ? Ils voient, se voient et se font voir. A souhait.

Entamons notre démarche par Vitale, celle qui se fait appeler la Beyonce d’Afrique. Elle s’est faite bonifier les lèvres pour les rendre "pulpeuses". A coup de demi-million ! Comprenez donc ! A ses followers qui ont osé se plaindre sur sa page officielle Facebook, où elle a d’ailleurs donné la nouvelle de sa "chirurgie buccale", Nadège Bomisso leur en a donné à avaler. "Tous ceux qui disent que mes lèvres ne sont pas jolies, c’est ceux qui n’ont pas l’argent pour faire aussi…" Point final !

Mais avant de donner une nouvelle forme à ses lèvres, Vitale a créé le buzz de l’année : son mariage avec Momo Wang, arrangeur et fils d’un célèbre ex-agent de la RTI. Le plaisir dans ce faux mariage qu’elle a fini par avouer, c’est que le jeune arrangeur s’en est vraiment donné du plaisir à ses lèvres. Résultat : plus aucun de ses admirateurs ne lui croit un seul mot. Même en annonçant qu’elle a, pour de vrai, un chéri. De toutes les façons, le "bébé" pour lequel Vitale s’est faussement mariée n’a pas séduit sur YouTube.

Passons à Carmen Sama. La veuve du très influent Daïshikan donne du grain à moudre depuis le 15 mai dernier, lendemain du récent concert privé de Sidiki Diabaté, à Sofitel Hôtel Ivoire. La mère de Rafna a cassé la tirelire et a travaillé "sauvagement" sur le non moins riche artiste malien, dont les tickets de concert coûtaient 50 et 100.000 FCFA ce jour-là. Là où le bat blesse, c’est que le prince de la kora n’a pas caché sa gêne devant cette scène. "Applaudissez Carmen Sama, elle est très forte. On va toujours continuer de l’encourager et l’emmener sur le droit chemin", a-t-il poliment ironisé. Ironie du sort !

 

Makosso Camille, n’a pas lâché du leste ce même jour, à cette même occasion. Le père de la marmaille n’a pas pu tenir dans son fauteuil. A entendre les grincements de l’instrument de prédilection du chanteur, le célèbre pasteur s’est levé, a rejoint le fils de Toumani Diabaté sur scène et a sérieusement guinché. Certainement comme l’aurait fait le roi David.

Sur son attitude que plusieurs ont jugé déplacée, le révérend général s’est fendu d’un "la Bible nous recommande de ne pas juger...C’est à force de porter trop de jugements, de se croire supérieur aux autres que certains chrétiens demeurent dans la pauvreté...En plus d’être homme de Dieu, je suis aussi un homme d’affaires...Le concert de Sidiki Diabaté était un événement propice pour se faire des contacts. Ces chrétiens qui se plaignent du fait que je suis pasteur et que je vais danser dans un concert païen comme celui de Sidiki Diabaté, c’est juste leur hypocrisie qu’ils affichent. Parce qu’ils auraient voulu être à ma place à ce concert". No comment !

Comme on le dit dans la langue de Shakespeare : That’s the way it is ! Ainsi vont Vitale, Carmen et Makosso. N’avez-vous pas dit visibilité ?

JM TONGA

Content created and supplied by: Tembo.Opera (via Opera News )

carmen sama général makosso

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires