Sign in
Download Opera News App

 

 

Interview / Lunic : "Mon alliance avec Dieu s'est réellement renforcée en prison"

Le chanteur Zouglou, Lunic a passé deux mois en prison pour ‘’faux et usage de faux’’, dit-on. Après sa sortie, l’artiste a accordé en exclusivité sa première interview. Sans faux fuyant, Lunic est revenu sur les moments difficiles qu’il a vécus en prison. Par la même occasion, il a parlé de sa famille et surtout de son nouveau single qui est sorti depuis le vendredi 20 août dernier qui s’intitule ‘’Tout peut arriver’’.

-Comment va le moral de Lunic après deux mois passés en prison pour ‘’faux et usage de faux’’ ?

Est-ce que quand on me regarde, je n’ai pas le moral ? Non, j’ai le moral très haut. Il faut que les mélomanes ivoiriens sachent qu’il n’y a pas de soucis. La prison n’est pas une fin en soi. Je vais très bien. Et le travail reprend. Avant tout, je voudrais rectifier quelque chose. Dans le code pénal, pour ‘’faux et usage de faux’’, on ne fait pas deux mois à la MACA (NDLR : Maison d’Arrêt et de Correction d’Abidjan). Ce n’est pas le chef d’accusation dont j’ai été accusé pour avoir passé deux mois en prison.

-Quel est véritablement le chef d’accusation qui t’a conduit à la MACA ?

La question m’a été posée à maintes reprises par des gens et je n’ai pu donner de réponse. Je vais demander à mon Avocat pour qu’il me donne réellement le motif de mon incarcération en prison. Sinon pour ‘’faux et usage de faux’’, on prend facilement un an.

-Du coup, après ta sortie de prison, tu publies aujourd’hui (NDLR : l’interview a été faite le vendredi 20 août à la Mairie de Yopougon), un nouveau single baptisé ‘’Tout peut arriver’’. Que sous-entend ce titre ?

J’ai composé la chanson ‘’Tout peut arriver’’ pendant que j’étais en prison et après avoir vu certaines choses là-bas. A la MACA, j’ai rencontré n’importe quel citoyen lambda ivoirien de tout genre de classe sociale. J’ai vu des Ministres, des Colonels de l’armée, douaniers, médecins, directeurs de banque, etc. en prison. Avant quand je passais devant la MACA, je disais : ‘’Voilà les voleurs-là’’. Aujourd’hui, j’ai compris que chacun de nous sommes des prisonniers en sursis. Ce n’est pas parce que quelqu’un est allé en prison que tu vas te moquer de lui. Tout le monde peut se retrouver dans cette situation à tout moment. Je ne vous fais pas croire que tout peut arriver, parce que je suis allé en prison. Mais, la vie elle-même nous enseigne qu’on peut quitter ce monde. Nulle ne sait ce qui peut nous arriver dans les minutes qui suivent après l’interview.

-…

‘’Tout peut arriver’’, c’est pour dire que c’est Dieu qui détient nos vies et à tout moment tout peut nous arriver. Dans toutes situations et circonstances, il faut bénir le nom de Dieu. Ce qui m’ait arrivé, ce n’est pas quelque chose à la quelle je m’attendais. C’est arrivé, je l’ai accepté aujourd’hui, j’ai le moral plus que jamais. Que les ivoiriens sachent que à tout moment, on peut avoir des problèmes. On peut être au sommet et se retrouver du jour au lendemain au bas de l’échelle et vice-versa. Je ne me suis pas forcément approprié la chanson, mais je l’ai composé pour tout le monde se retrouve pour savoir que la vie que nous sommes entrain de mener, on ne sait jamais.

-A t’entendre parler, l’expérience carcérale t’a donnée une véritable leçon de vie ?

Absolument. Ce sont des choses qu’on ne peut pas expliquer. Ça se vit et ce que j’ai retenu comme leçons, c’est moi seul je sais. Sinon, la prison, ce n’est pas un lieu qu’on peut souhaiter à son pire ennemi. Quand s’arrive, il faut l’accepter. Mon passage là-bas au niveau volet spirituel, j’ai eu le temps de communier avec Dieu. Nous sommes tellement pris par des choses charnelles qu’on oublie Dieu. En prison, voilà un endroit où tous les vices te sont interdits. Tu te retrouves face à toi et c’est le moment où Dieu choisit pour te parler. Quand je me lamentais en prison, quelqu’un m’a approché pour me dire : ‘’Tu es venu passer deux mois en prison et si c’était sur un lit d’hôpital, comment allais-tu te sentir ?’’. J’ai dit : ‘’C’est pire’’ et être à l’hôpital, tu es encore emprisonné deux fois. Non seulement, tu as un mal et ta vie est en danger. On ne peut pas te rendre visite à une certaine heure. Je lui ai répondu encore : ‘’tu as raison. Mieux vaut être en prison pour deux mois que d’être couché sur un lit d’hôpital pour deux mois’’.

-Est-ce que la prison t’a fait véritablement devenir un vrai chrétien ?

Non, je suis chrétien à la naissance. Mais mon alliance avec Dieu s’est renforcée réellement à travers cette épreuve. Loin de moi l’idée de devenir Pasteur un jour. Il ne faut pas que les gens comprennent ça comme cela.

-Combien de temps as-tu pris en studio pour sortir ce nouveau single ?

Bon, j’ai pris deux semaines de travail acharné en studio pour sortir ce nouveau single. Il a été enregistré par Cédric K.Navaro. Cela fait pratiquement trois mois que je suis libre. En prison, j’ai composé aussi une dizaine de chanson durant les deux mois passés en prison. Je n’ai rien d’autre à faire que ça c’est-à-dire prière et travail. Je savais qu’au bout de deux mois, je serai dehors et ma vie allait reprendre.

-Avec ce single, c’est le retour gagnant de Lunic sur la scène musical ivoirienne ?

Bien sûr ! C’est le retour gagnant, parce que Dieu me l’a promis. Donc, à la sortie de prison, je serai plus blanc que jamais. La chanson est sortie aujourd’hui (NDLR : vendredi 20 août dernier) et avec tous les messages, les coups de fils que je reçois, ce n’est que des félicitations et des encouragements. Cela me réjouit et je béni le nom de Dieu pour cela.

-Vu que tu as composé une dizaine de chansons en prison, on doit s’attendre après ce single, d’ici peu à un nouvel album ?

Oui, un album qui sort de la MACA. Mais j’avais déjà des chansons avant de me retrouver là-bas. Du coup, j’ai retouché certaines chansons étant en prison. Ce sont ces chansons qui vont figurer sur mon nouvel album.

-Quels sont les thèmes qu’on va retrouver sur cette nouvelle production qui va sortir ultérieurement ?

Mon nouvel œuvre va parler de l’homme en général. Par exemple, la jalousie, la prise de conscience, la pédophilie, l’homosexualité, la drogue, etc. sont les quelques thèmes qui seront sur le nouvel album.

-Et la place de la femme dans l’album, comme tu aimes si bien les titiller ?

Oh, ‘’qui aime bien châtie bien’’, dit-on. Je l’ai très titillé, mais cette fois, je vais leur dire qu’on les aime. J’      ai une très belle chanson pour elle intitulée ‘’Lili’’ et qui magnifie la femme. Les internautes ont sûrement eu un aperçu de cette chanson ma page Facebook.

-Qui est le producteur du single et de l’album à venir ?

Depuis mon retour de Paris, mon producteur n’est autre qu’Aimé Monoko Barato Maranathan. Et je suis toujours avec lui et il est mon ‘’père’’.

-Au niveau vie privée : Un éventuel voyage en France est-il prévu pour aller voir ta famille et surtout ton fils qui est sorti du coma ?

Ce que les gens ne savent pas. Quand je suis sorti de prison, je suis allé voir ma famille en France. J’ai passé deux semaines auprès de mes enfants et ma femme avant de revenir terminer le single à Abidjan. Je compte y retourner pour au moins 10 jours pour la rentrée scolaire et revenir pour la promo du single ‘’Tout peut arriver’’.

-Quel est le message que tu veux lancer à tous tes fans aujourd’hui après ta sortie de prison ?

Je dis merci avec grand M à tous ceux qui m’ont soutenu dans la dure épreuve que j’ai traversée quand j’étais en prison. Un grand merci à Dieu et aux hommes des médias qui écrivent sur nous en bien comme en mal.

Zicalo

 

Content created and supplied by: Zicalo (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires