Sign in
Download Opera News App

 

 

Littérature: «Je n’aime pas le terme d’écrivain francophone» (Leila Slimani)

Pour les journalistes de la presse et les écrivains, les questions de la lecture et du livre sont pratiquement les mêmes préoccupations et soucis. On ne peut qu’encourager à lire, et à lire plus encore.

L‘occasion des États Généraux du Livre qui se tiennent à Tunis, les 23 et 24 septembre 2021, est une bonne occasion d’insister sur le sujet. Comment se portent l'édition francophone et la diffusion du livre en français dans le monde ? Grande problématique !

Dans une conversation de RFI avec Leila Slimani, écrivaine de langue française, lauréate du Prix Goncourt 2016 pour son roman Chansondoucepublié chez Gallimard, représentante personnelle du Président Emmanuel Macron pour la francophonie, une seule phrase a attiré notre attention : « Je n’aime pas le terme d’« écrivain francophone », je lui préfère écrivain de langue française.... L'Europe et l’Amérique du Nord représentent 95% des revenus et la France à elle seule en concentre 85%. Parmi les 5% restants, le plus gros marché du continent africain, celui de la Côte d’Ivoire, représenterait quant à lui, 1% de ces revenus ».

Il est donc bon que nous demandions à nos lecteurs de s’intéresser à la lecture et au livre. La culture et la formation intellectuelle passent par le livre. Les écrivains sont donc d’une grande importance.

Thierry Lees

Content created and supplied by: Africanewsquick.net (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires