Sign in
Download Opera News App

 

 

Congrès PPA-CI: Laurent Gbagbo rend un hommage édifiant à Skelly: "il m'a beaucoup aidé à Korhogo"

Ce dimanche 17 octobre 2021 marquait la clôture du Congrès constitutif du Parti des Peuples Africains- Côte d'Ivoire. Et s'il y avait une chose qui était attendu de tous c'est le discours du Président Laurent Gbagbo. Son discours a soulevé des foules surtout lorsqu'il a évoqué le nom de l'artiste Coupé Décalé Skelly, décédé il y a quelques mois.

Dans son discours, le Président Laurent Gbagbo est revenu sur son engagement politique tout en affirmant son panafricanisme et sa ferme volonté de contribuer à l'essor du continent. Comme à son habitude, il a communié avec les congressistes en évoquant le nom de l'artiste Skelly, un nom qui n'est pas passé inaperçu. Pour Laurent Gbagbo, les chansons de Skelly lui ont fait beaucoup de bien lorsqu'il était détenu à Korhogo. Il prenait du plaisir à les écouter car ce sont des sonorités beaucoup rythmées. Découvrons ensemble son témoignage émouvant : " SKelly m'a beaucoup aidé à korhogo. Lorsque j'étais en prison à korhogo, Il y'a une télé qui est venu et j'ai vu quelqu'un qui chantait ''ma copine est kpata kpata kpata son mari est Gaou''. J'ai dit c'est qui celui-là ? On m'a dit que c'est Skelly. Avant le congrès, j'aurai voulu qu'il vienne chanter mais malheureusement j'ai appris qu'il est mort." Ce témoignage démontre le grand impact qu'a eu Skelly '' le petit fils de la reine Abla Pokou '' sur Laurent Gbagbo et ce, durant un moment crucial de sa vie( son séjour carcéral après la crise post électorale de 2010).

Ce vibrant hommage de Laurent Gbagbo a Skelly fera à coup sûr couler beaucoup d'encres et de salives. Toutefois, il serait plus judicieux de retenir dans ce témoignage la grande affection que Laurent Gbagbo a pour les artistes chanteurs ivoiriens plus particulièrement ceux du Zouglou et Coupé Décalé.

BathyFiat-Lux

Content created and supplied by: BathyFiat_Lux (via Opera News )

Congrès Korhogo Laurent Gbagbo Skelly

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires