Sign in
Download Opera News App

 

 

Une étudiante ivoirienne raconte comment son oncle a brisé son rêve : "il a demandé 2 millions"

Dans la vie, l’homme est confronté à des événements positifs comme négatifs. Les événements négatifs, le plus  important n’est pas de fléchir devant ces faits, mais de toujours garder la tête haute, se relever et avancer. 

En 2017, Carine, une jeune étudiante admise au baccalauréat, orpheline de père, remplie de grandes ambitions s’est vu confronter à un événement qui a totalement fait basculer le cours de sa vie. Ce dimanche 10 octobre 2021, Carine, invitée spéciale, nous raconte comment son oncle a brisé son rêve dans "Ce Jour-là", votre rubrique des "Femmes d'Ici" diffusée sur une chaîne  de télévision ivoirienne, pour ne pas la nommer.

Le témoignage de Carine dans "Ce Jour-là" :

" j’étais étudiante, mon rêve était d’être hôtesse de l’air, mais j’ai été orientée en médecine et quand je passais le bac, mon père est décédé. Étant vivant, lui, il me disait qu’il ferait tout pour que je réalise mon rêve parce qu’il avait les moyens, mais malheureusement il a perdu la vie. Et quand j’ai eu le bac, les problèmes avaient commencé, les moyens manquaient ainsi que d’autres soucis et il fallait reprendre la vie. Mon oncle m’avait dit qu’il connaissait une école en France où je pouvais faire la formation d’hôtesse de l’air, qu’il allait payer la formation, mais il veut que je réunisse la somme de 2 millions. Je me débrouillais un peu avec des petits métiers et ma mère n’avait pas d’argent. Dans un premier temps, il a demandé 1 million pour faire des papiers et payer le billet d’avion, ce qu’il m’avait dit. Et quand on devait partir, la somme d’un (1) million qui restait, il m’a dit on devait échanger en euro et que je devais garder ça sur moi, ce qui a été fait et nous sommes allés à l’aéroport. Arrivés à l’aéroport, je me rends compte que nous allons à Singapour et non en France, chose qui m’a surprise. Arrivés à Singapour, nous sommes passés par l’immigration. Tout se passait bien donc j’avais espoir, je pensais que c’était bon. Nous avons séjourné dans un hôtel qu’il avait déjà réservé. De Singapour maintenant je devais me rendre en France. Il m’a ensuite remis des papiers français (certificat de résidence français, un titre de séjour), c’est là j’ai compris que c’était faux puisque je n’ai jamais été en France, mais j’étais déterminée. À l’enregistrement, les responsables ont déclaré que je ne pouvais pas embarquer et que je devais obligatoirement prendre un vol direct pour me rendre en France. J’ai compris que je ne pouvais pas continuer et que ma vie était en danger. Mon oncle m’a abandonné à l’hôtel. J’ai donc décidé de rentrer à Abidjan. J’ai dormi à l’arrêt de bus en face de l’hôtel pendant deux jours sans manger et ensuite je suis rentrée à Abidjan ".

De retour à Abidjan depuis 4 ans, Carine aide sa mère dans la restauration, c’est grâce à cette activité qu’elles subviennent à leurs besoins. Aujourd’hui, elle se tourne vers Dieu et pense que le meilleur reste à venir. Comme on le dit, tant qu’il y a la vie, il y a toujours de l’espoir.

Par ailleurs, selon plusieurs interprétations, l’oncle de son côté, aurait bien voulu donner un coup de pouce à cette dernière.

" L’oncle a quand même essayé de l’aider. En Europe, il y a plein de personnes qui sont rentrées comme ça " a lâché une internaute sous le témoignage de Carine.

Une chose est sûre, après cette épreuve de la vie, notre chère Carine a gagné en expérience et cela doit lui forger un moral de gagnante car, l’avenir lui réserve toujours de belle chose.

Par Buzzinfo.

Content created and supplied by: Buzzinfo (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires