Sign in
Download Opera News App

 

 

Décédé le 25 août, S Kelly : chronique d’un appel du pied à la grande faucheuse

Il repose en paix depuis le mercredi 25 août 2021. Francis Eric Taregue dit S Kelly est un artiste atypique. Bien avant sa mort, sa réaction face à la maladie reste tout de même anecdotique.

 

 

Francis Éric Parfait Taregue, plus connu sous le nom d’artiste de S Kelly, est décédé le 25 août dans une clinique de Bouaké. Tout comme le personnage, la disparition de l’artiste s’entoure de plusieurs énigmes. Si les causes de cette disparition, brusque à première vue, varient selon les sources (entre infection pulmonaire et paludisme), il faut noter que le concerné lui-même s’y était déjà préparé. A la lecture de ses nombreux messages postés via le web, on aurait dit qu’il suppliait la mort de le visiter. Le ‘’Fils d’Abla Pokou’’ a même préparé  ses followers  à accepter sa mort, lorsqu’elle surviendrait. « Je suis malade. J’espère que je vais mourir aujourd’hui… Seigneur, tue-moi, ne me laisse pas guérir, je t’en prie. Que cette maladie m’emporte dans la tombe », avait-il posté sur sa page Facebook. Un autre post de celui qui se faisait appeler ‘’l’Oiseau rare’’ sur les réseaux sociaux s’affiche aujourd’hui comme un véritable testament qu’il laisse à ses fans. « Si la vie est une bonne chose, la mort est son fruit. Le jour de ta naissance, toi seul a pleuré et les autres ont ri et dansé. Marche selon la volonté de Dieu, afin que le jour de ta mort, tout le monde pleure, et toi tu ris et tu danses, car tu sais que quelque chose de bien t’attend après la mort », a-t-il exhorté avant de poursuivre : « le vrai tombeau d’un homme se trouve dans le cœur de ceux qui vivent, ceux qui sont vivants. Si tu as vécu selon le bien et selon la volonté de Dieu, pour toi, la mort est une victoire, et ton cercueil, un char de triomphe ». S Kelly était perçu à ses derniers instants comme quelqu’un d’instable, mais ses mots étaient lourds de sens : « la mort ne peut pas surprendre le sage, car le sage est toujours prêt à partir… Normalement, on devait pleurer quand un enfant est né et danser quand un humain est mort, car la fin est le début du commencement ».

 

          Un talent pur devenu énigmatique

Si sa santé psychologique et mentale était remise en cause ces dernières années, son talent artistique lui ne faisait l’ombre d’aucune contestation. Des sobriquets, Taregue Eric Parfait en avait à la pelle. « S Kelly », « S Kelly bana référence » ou encore « L’oiseau rare », appelez-le comme vous voulez, était un artiste du coupé décalé doté d’un talent immense et brut. Il était l’auteur de plusieurs tubes qui ont contribué à propulser ce style musical au plus haut. Ce sont entre autres des chansons qui ont fait vibrer la Côte d’Ivoire et l’Afrique, comme « Konami », « Ma copine est kpata » et « Mohamed Ali ». Les mélomanes, les vrais de cette époque des années 2000, savent certainement de quoi il s’agit ici. S Kelly, s’était également un artiste qui avait de bons rapports avec son entourage et surtout les artistes. Il est l’un des artistes ivoiriens qui excelle dans les collaborations et autres featuring. On peut citer entre autres, “A connaît pas, à demander” un single produit avec Claire Bahi sorti en 2008. Une chanson qui a été apprécié par beaucoup d’Ivoiriens grâce à la touche particulière de S Kelly.  « Sexy Mama », sorti en 2014, S Kelly en featuring avec Shado Chris s’essaie au style de rappeur qu’il réussit sans forcer le talent. « Swinguita », un titre sur lequel il pose avec Serge Beynaud et Bebi Philip, de grosses pointures de la musique coupé décalé en 2015. « On danse », un single qu’il sort avec son frère Eddie en 2016 pour faire bouger les fans. S Kelly a également contribué à mettre en lumière plusieurs artistes de renom, notamment Debordo Leekunfa. « Makanagbachi », un tube sorti en 2006 a permis de faire connaître Debordo Dj sur la scène musicale.

             

                  Le sens d’un look très poudré

Il était devenu rare de le voir sans le visage imbibé de poudre. ‘’Le fils du vent’’ en avait presque fait son look quotidien et plusieurs personnes ignorent encore le sens de ce rituel. Reçu dans une émission télé en avril dernier, l’artiste s’est expliqué. « A un moment, je mettais poudre, les gens pensaient que... Je mets la poudre parce qu’il y a des choses spirituelles qui sont en danger qu’on doit défendre. Ce n’est pas tout qu’on explique. Si je veux expliquer le spirituel, il n’y a pas de mots. Tout est normal, il y a des choses de Dieu, il y a des choses du diable », avait laissé entendre S kelly. Il s’est envolé pour un aller sans retour. Il part avec tout cette énigme qui faisait de lui ‘’L’oiseau rare’’ que les Ivoiriens aimaient bien !

 

AKE

 

 

 

Content created and supplied by: Eddy3 (via Opera News )

S Kelly

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires