Sign in
Download Opera News App

 

 

POUKOU ou la Grande Traversée (partie II)

Cour Royale Ashanti

C'est trop d'informations en si peu de temps pour la Princesse. Partir pour sauver sa vie et celle de son fils? Oui! Mais où? Comment, quand et avec qui? Dans un coin de sa chambre, elle observé son fils Kouakou qui, âgé à peine de six mois, s'essaie aux quatres pattes.

Son amant, Tano, celui qui lui a donné le bonheur d'être mère, vient lui témoigner son soutien de fuir le royaume avec elle. Grand guerrier à la Cour royale, il fait le serment de les protéger, elle et leur fils, si tel est son vœu. Il lui fait savoir aussi qu'une bonne partie du peuple est prête à la suivre, même à lui faire allégeance.

Soudain, une lumière jaillir. Puis POKOU perçoit à travers de celle-ci, une lueur d'espoir. Une nouvelle espérance. Une espérance plus grande. Partir de ce lieu pour de nouvelles terres où elle pourrait installer un royaume. Partir avec tous ceux qui se sentent opprimés, oppressés par cette guerre de succession. Elle sait qu'il lui suffit de dire Oui à cette population qui espère en elle, pour que tout s'enclenche.

La Princesse POKOU voit plus loin. Elle qui sait tout de la Cour Royale : son organisation, le pouvoir, son exercice et sa dévolution par matrilinéarité. Cette occasion est opportune, trop belle pour la laisser passer. Pour faire mal à son oncle Itsa, elle entend fonder un royaume à l'identique de celui de la confédération Ashanti, où son fils serait roi un jour.

POKOU consulte les prêtres et prêtresses

Akwa Boni, soeur et compagne de rapt de POKOU, lors de l'expédition des Sefwi sur Kumasi, vient la trouver une nuit afin d'évoquer le péril qui pèsent sur les deux. POKOU est très attachée aux prêtres et prêtresse de la Cour. Elles décide donc de les consulter le lendemain matin, dès le lever du soleil. Elle espère ainsi être éclairée sur le aboutissants d'une telle entreprise.

Prêtres traditionnelles

Les oracles prédisent à la princesse un royaume grand et prospère, de l'autre côté du Grand fleuve, vers le soleil couchant, dont elle est reine. Pour se faire, les esprits demandent à la princesse de procéder à des sacrifices, afin d'aplanir les obstacles qui peuvent surgir lors de ce périple. Ce qui fût fait.

Cependant, la princesse semble redouter quelque chose. Une forte intuition dont seule une mère peut ressentir l'habite. Elle aurait voulu que Okomfo Anokye, grand prête devant Anagaman et les ancêtres, prête infaillible de son défunt Osei Tutu, eût été là pour l'éclairer davantage. Or, depuis la mort de ce dernier, Okomfo a disparu comme par magie du royaume. Bon sang d'ancêtres ! Si seulement ce message intuitionnel pouvait être plus clair.

...suite

POUKOU ou La Grande Traversée

Auteur : Képhren

Content created and supplied by: Képhren (via Opera News )

ashanti princesse pokou

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires