Sign in
Download Opera News App

 

 

La publication d'Emma Dobré qui remet en cause la conception habituelle du "vrai ami"

On a l'habitude d'entendre dire ou chanter que les vrais amis sont ceux qui demeurent avec nous dans les moments difficiles. Parlant de moments difficiles, on fait souvent allusion à la perte d'un proche ou d'un emploi, mais surtout aux moments de galère. Cette conception n'est pas totalement partagée par Emma Dobré, la productrice de l'artiste Kérosène.

Dans un post publié sur sa page Facebook, il y a deux jours, elle a écrit: <<Ce n'est pas toujours parce qu'un ami n'a pas pu se présenter dans votre période la plus sombre qu'il est une mauvaise personne, il peut également traverser une période difficile.

Soyez compréhensif...>>

Dans les moments difficiles, on a besoin de soutien. Et les personnes de qui on attend le plus ce soutien, ce sont nos parents et amis. S'agissant de ces derniers, leur importance dans notre vie est indéniable. Il est des choses qu'on peut partager avec un ami qu'on ne partagerait pas avec un membre de sa famille. Même pas avec ses géniteurs. C'est donc naturellement qu'on attend de ses amis une attention particulière, un support particulier, dans les moments sombres de nos vies. Ainsi, lorsque ce soutien fait défaut, on est tout de suite tenté de conclure que ceux qu'on considérait comme ses amis, n'en étaient réellement pas.

Mais ce qu'on ne prend pas en compte souvent, c'est que chaque personne a ses défis, son lot de difficultés. Autant on peut traverser des situations difficultueuses, autant nos amis peuvent également être soumis à des moments éprouvants. Et il n'est pas exclu qu'il y ait coïncidence de difficultés, de problèmes.

Je ne peux me prononcer sur ce sujet sans penser à un cas personnellement vécu. À une époque où j'étais en stage, j'ai été sollicité par un ami de la fac. Celui-ci s'était retrouvé par la force des choses sans toit et sans emploi, alors que sa copine était enceinte. Il avait besoin que je l'héberge et que je l'assiste financièrement.

Malheureusement, s'agissant de son hébergement, je vivais dans une chambre individuelle (exiguë) de la cité universitaire et j'hébergeais déjà deux personnes de manière permanente, et une autre qui venait de temps en temps. Le lit et le matelas d'une place chacun sur lesquels on se coinçait deux à deux ne laissaient plus d'espace pour une cinquième personne.

En ce qui concerne l'aide financière, ma prime de stage d'un montant variant entre 15 000 et 20 000 ne me permettait même pas d'assurer correctement les frais de transport. J'étais obligé de marcher quotidiennement sur environ cinq kilomètres pour minimiser les coûts. Je n'avais plus d'autres sources de revenus car c'étaient les vacances, et je n'avais plus mes gombos de cours à domicile. J'avais un commerce de vente d'œufs de poules que je ne pouvais plus continuer à cause du stage. Dans tous les cas, je n'en tirait que peu de bénéfices.

C’est donc dans un embarras indescriptible et le cœur étreint que j'ai dû dire non à mon ami. Ce d'autant plus qu'il ne m'avait jamais sollicité auparavant. Même pas lorsque j'étais propriétaire de cabines. Heureusement que, se souvenant de notre vie de "Cambodgiens", caracterisée par la solidarité, celui-ci s'est montré compréhensif. <<Ne t'en fais pas. Je te connais et je sais que si tu en avais la possibilité, tu n'aurais pas hésité à me venir en aide>>, m'a-t-il dit. Ce fut un soulagement, mais insuffisant pour dissiper ma peine, engendrée par mon impuissance, face à la l'infortune de mon ami. Malgré toute ma bonne volonté, je ne pouvais rien faire pour lui.

Alors, oui, nos vrais amis sont souvent ceux qui nous soutiennent dans les difficultés. Mais il faut relativiser. Convenez avec moi que, lorsqu'un "dictateur" est renversé par un coup d'état, nombreux sont ses concitoyens qui jubilent, qui se réjouissent. Mais il y en a également qui pleurent sincèrement. La leçon qu'on pourrait en tirer, c'est que quel que soit votre bonté, votre gentillesse, vous êtes certainement le méchant dans la vie de quelqu'un. Inversement.

La vie est une énigme. Avant donc de juger, pensez-y.

Content created and supplied by: Le_Littéraire (via Opera News )

emma dobré

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires