Sign in
Download Opera News App

 

 

‘’Affaire Vitale’’ : L’artiste a mis fin au vrai faux débat par ses cours de chants

Telle une dissertation, l’affaire Vitale aura connu les trois étapes classiques à savoir la thèse, l’antithèse et enfin une belle synthèse. De quoi s’agit-il ? Dès l’ouverture de la polémique avec le point de vue du doyen Barthélémy Inabo selon lequel la patronna ne savait pas chanter, la première réaction à chaud fut une Vitale en proie à une grosse colère. Son point de vue qui était bien entendu sa thèse, du point de vue humain, fut compréhensible car une critique crue, même juste est toujours frustrante mais il faut aussi connaitre le monde de l’art.

      Toute critique vise à la pédagogie et dans ce sens, elle se formule en public afin qu’elle serve aux autres artistes ; quelle est l’importance d’une critique si elle devait se formuler en privé, l’art musical ne s’exerçant pas entre quatre murs ? Et là-dessus, Barthelemy Inabo n’est pas le seul observateur et le seul critique à être si direct. Que diraient les écrivains s’ils devaient parler de Tiburce Koffi ?  J’ai encore en mémoire le martyr d’un jeune écrivain qui a eu du mal à sortir des ‘’serres’’ tranchantes de Tiburce Koffi quand il s’était agi de présenter un livre intitulé (si ma mémoire est bonne) ‘’la monnaie’’. Ce jeune auteur avait dû regretter d’être passé à cette rubrique littéraire télévisée. Je me souviens encore.

      Dans la foulée de la réaction de Vitale, les puristes de la musique ont avancé l’antithèse du purisme dans la chanson car même si dans le coupé décalé, point n’est besoin d’avoir une voix de rossignol, mais le bon sens a toujours enseigné que la chanson rime d’abord et rimera toujours avec l’idée de bien chanter.  Finalement, une belle synthèse semble venir de l’artiste elle-même qui, je viens de l’apprendre, s’est inscrite dans une école de chants pour s’y perfectionner car toute critique, même injurieuse, véhicule une petite vérité et il appartient au sujet critiqué de savoir faire la synthèse. Et Vitale, la patronna vient de le faire. C’est la voix de l’humilité, très loin de la première sortie bien fâcheuse ? A quoi aura servi cette grosse et ridicule empoignade des pro-Vitale et des anti-Vitale ? Par la publication de l’artiste sur ses cours de chants, elle vient de révéler que ‘’ l'affaire Vitale’’ n’aura été qu’un vrai faux débat. Bon courage à l’artiste et vivement le prochain concert pour mettre ses fanatiques d’accord.

                  Frederic GNEZE

Content created and supplied by: FredericGneze (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires