Sign in
Download Opera News App

 

 

Scandale à la morgue de Bouaké : par manque de corbillards, chacun se débrouille

L'après midi de ce vendredi, 03 septembre 2021, restera gravé dans l'esprit du personnel et des clients de la morgue de Bouaké. En effet, venues à la levée de corps, des parents et proches de défunts se sont retrouvés dans une situation des plus ahurissantes. Il n'y avait plus de corbillard à la morgue.

Les faits qui s'y sont produits sont surprenants. En effet, à partir de 15heures Ivosep de Bouaké s'est retrouvé sans corbillards pour transporter les corps des disparus.

Ainsi, les parents des défunts sont restés des heures durant au sein de l'espace mortuaire à attendre. Malheureusement, aucune réponse n'a été donnée aux parents qui, dépassés par la situation, ont commencé à trouver d'autres voies et moyens afin de déplacer le corps des défunts.

 Alors que certains optaient pour des corbillards privés, d'autres ont fait le choix de véhicules banalisés de type bâché pour transporter leur défunt parent.

Le comble c'est lorsqu'un père sort de la morgue avec son enfant entre ses bras. L'homme est rapidement interpellé par les gardiens, qui réussissent à récupérer le corps sans vie de l'enfant emballé entre des morceaux de pagnes.

Furieux certains parents ont juré de se faire rembourser les frais de transport des corps par Ivosep Bouaké.

<<Ce n'est pas normal, nous avons payé et on nous dit qu'il n'y a pas de corbillards. Qu'allons nous faire ?>>.

 Se plaignait un homme d'une quarantaine d'année.

Notons que les levées de corps ont été programmées sans tenir compte du nombre insuffisant de corbillard à Ivosep Bouaké. 

Ainsi, le personnel de la morgue débordé ne pouvait répondre que par le silence là où les parents de défunt étaient tous en colère et cherchaient des réponses.

<<Les heures ne sont pas respectées et les personnes venues soutenir la famille sont épuisées. Nous ne savons quoi faire ni où nous orienter. À quelle heure allons nous quitter Bouaké ?>>. Protestait un jeune homme.

Devant cette situation triste, les personnes les moins nantis regardaient sans mots dire. Elles, qui n'ont pas de moyens financiers pour prévoir un plan B, devront attendre encore.

Aguyzor

Content created and supplied by: Guy-Roland-Amoikon (via Opera News )

Bouaké

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires