Sign in
Download Opera News App

 

 

Brian Robson, ou l'homme qui a tenté de s'expédier comme colis de l'Australie à l'Angleterre

1965. Brian Robson a 19 ans, lorsqu'il rencontre Paul et John, deux amis et collègues irlandais en Australie, raconte le quotidien britannique Metro. Robson explique à ses amis qu'il veut rentrer chez lui, au Pays de Galles (Angleterre). Après onze mois passés en Australie dans le cadre d'un programme d'immigration, le jeune homme a la nostalgie de son pays. Problème, son salaire mensuel de 40 livres (environ 31 000 FCFA) ne lui permet pas de s'acheter le billet d'avion à 800 euros (524 000 FCFA). Il a eu l'idée de s'envoyer chez lui, dans une caisse en bois, comme fret aérien, avec l'aide de ses deux amis. Ce sont eux qui remplissent les documents nécessaires à l'envoi du coli. Brian Robson est enfermé avec un oreiller, une torche, sa valise, un livre de chansons des Beatles et deux bouteilles (une pour boire et l'autre pour uriner). Ses deux amis clouent la caisse et déclarent aux agents transitaires qu'il contient un ordinateur. Ils l'expédient, de Melbourne à Londres sur un vol direct. Seulement, les choses ne vont pas se passer tout à fait comme prévu. 

Le voyage était censé durer 36 heures (3 jours), avec Brian Robson dans sa caisse "de la taille d'un mini-frigo". Il s'est retrouvé sur un vol, plutôt lent et avec plusieurs escales. Il a d'abord atterri à Sydney, où sa caisse a été posée à l'envers. Il est resté ainsi, la tête en bas, pendant vingt-deux heures. Puis, il a été chargé dans un vol en direction de Los Angeles (États-Unis). 

Il passe cinq dans sa boîte et se retrouve finalement dans un hangar à marchandises. «Je pensais que j'étais à Londres», raconte-t-il à la BBC. À travers un trou dans sa caisse, il a croisé le regard effrayé d'un douanier américain qui pensait découvrir un cadavre. Une heure plus tard, le FBI, la CIA et la sécurité de l'aéroport débarquent et quadrillent la zone. Brian Robson est extrait et emmené à l'hôpital. Il avait perdu l'usage de ses membres. Les autorités américaines n'ont pas porté plainte et l'ont renvoyé chez lui, à Londres sur un vol commercial. Mais depuis, Brian explique qu'il n'a plus des nouvelles de ses deux amis qui l'ont aidé, malgré ses tentatives. Il voudrait les remercier. «Si je les rencontrais à nouveau, je voudrais simplement leur dire que je suis désolé de les avoir mis dans cette situation et qu'ils m'ont manqué à mon retour. (...). J'aimerais leur offrir un verre», raconte le passager clandestin. 

Aujourd'hui âgé de 75 ans, Brian Robson a raconté son histoire dans un livre, "The crape escape". La sortie est prévue à la fin de ce mois d'avril. 

Content created and supplied by: Fatogoma (via Opera News )

australie brian robson galles angleterre

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires