Sign in
Download Opera News App

 

 

Guinée / Alpha Condé : Tiken Jah avait pourtant chanté…

      C’est fait ; le président guinéen, Alpha Condé vient de subir à Conakry l’affront de son éviction du pouvoir d’Etat et à l’heure où nous écrivons ces lignes, il est aux mains des nouveaux hommes forts du pays. Est-ce un coup d’état ? Un putsch ? Un coup de force ? Bref, il semble qu’il y ait des nuances entre toutes ces expressions mais on retient qu’il n’est plus, selon la phrase du colonel Mamady Doumbouya, ‘’le président de la Guinée’’.

      Et pourtant, le chanteur reggae Tiken Jah avait attiré l’attention de ce qui devait arriver à travers une chanson. On peut le critiquer pour son ‘’indulgence’’ pour certains régimes, ce n’est pas grave mais revenons à ce pays frère qu’est la Guinée. Où étaient tous ces conseillers censés orienter, quand il le faut, le chef d’Etat ?

   On ne le dira jamais assez mais l’Afrique noire est une honte pour le monde. Les crises des troisièmes mandats naissent toujours lorsqu’on se considère comme le plus indispensable dans une classe politique. Et c’est nauséabond, c’est indécent qu’en Afrique noire, nous gaspillons nos énergies, pas pour lutter contre la pauvreté endémique et l’insécurité galopante mais pour nous accrocher, par tous les moyens au pouvoir en jouant savamment avec les textes que nous nous sommes donnés.

     Comme l'écrivait Corneille dans le Cid, ‘’œuvres de tant de jours en un jour effacées’’. Toute une vie de combat politique et se voir évincé aussi simplement qu’un vulgaire personnage. Alpha Condé ne méritait pas cela, un homme qui fut pour nous, alors jeunes étudiants, presqu'un mythe. Le voir ainsi, affalé dans un canapé, débraillé, on s'en tire avec l'âme déchirée. Les violentes échauffourées sanglantes qui ont émaillé l’annonce du troisième mandat du président Alpha Condé ont fait, selon le Front national pour la défense de la Constitution (FNDC), 90 morts.

       Aucune âme emprunte de ‘’prophétie’’ n’a pu lire l’horizon pour y déceler les signes du mauvais temps qui restait à venir. Pourtant, Tiken Jah a chanté. Il ne nous reste plus qu’à intercéder afin que Dieu veille prendre soin de ce grand peuple de la Guinée car hier, c’était Alpha Condé, c’est un africain noir. Aujourd’hui, c’est le colonel Mamady Doumbouya, un autre africain noir. Seul Dieu !

           Frederic GNEZE   

Content created and supplied by: FredericGneze (via Opera News )

affront alpha condé tiken jah

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires