Sign in
Download Opera News App

 

 

Côte d'Ivoire: les regrets et confessions de Soro Guillaume pourront-ils le sauver de la justice ?

Les regrets et confessions de Soro Guillaume pourront-ils le sauver de la justice ? Depuis que le président Gbagbo et Blé Goudé ont été acquittés, Soro ne fait que faire des confessions et manifester son regret dans ce que lui-même a reconnu dans un livre qu’il en était le père de la rebellion qui a causé ces milliers de personnes assassinées pendant les moments chauds que la Côte d’Ivoire a connus et qui a mal à s’en sortir. Soro ne fait que plaider pour quelque chose qui n’est même pas encore actionnée.

Soro fait de graves déclarations pour accuser le président Ouattara et la France de l’avoir poussé à prendre des armes pour tuer les ivoiriens ses propres frères, pour qu’il soit le président de la république à son tour, un jour, du moins c’est ce qu’il clame depuis, un certain temps. En écrivant un livre : « pourquoi, je suis devenu rebelle ? » sur sa paternité et en endossant à lui seul, la responsabilité de la rébellion qui a tué et défiguré tout un pays qui était en paix, pourquoi refuserait-il d’aller avec ses engagements ? Après lui, qui s’est annoncé comme étant son soutien, son complice pour qu’il n’arrête pas d’accuser les uns et les autres dans ce qui l’attend ?

Le regret peut-il faire changer le cours d’une justice qui n’est même encore enclenchée ? Le fait d’incriminer la France et le président Ouattara, à quoi, il s’attend ? En Côte d’Ivoire, la réconciliation nationale a maille à partir parce que les coupables, les vrais dans cette tragédie, continuent de courir.

Pendant plus de 10 ans, on a fait croire que c’était seul le camp Gbagbo qui serait coupable et on a fini pour une fois, à reconnaître leur innocence et les ivoiriens attendent toujours. Pendant ce temps, la réconciliation nationale demeure un volet important, capital pour calmer les ardeurs. Quand les vrais coupables se seraient sus ?

 Pourquoi donc Soro crierait sur tous les toits qu’il a été induit en erreur, maintenant ? Voilà que beaucoup d’ivoiriens lui posent aussi la question de savoir qui a gagné les élections de 2010 pour lesquelles il y a eu encore des milliers de morts. Ça commence à faire un peu de trop pour les futurs accusés à la barre dont Soro veut tout faire pour intimider peut-être la justice de suivre son cours normal.

Considérés comme des allégations aujourd’hui, Soro se rend compte de sa solitude dans cette traversée qui peut lui coûter le reste de sa vie en liberté, donc il accuse avant de se présenter devant des juridictions.

En dehors de ces déclarations soudaines, de la situation, il a trop parlé et les témoignages sont là qui le rattrapent. Les vidéos sont là, qui donnent froid dans le dos sur cette crise et pourtant, les autres aussi pouvaient faire comme lui, parler, parler et toujours parler, mais ils n’ont rien dit et ne diront rien du tout. Soro ne va-t-il pas se retrouver seul devant l’histoire de ses prétentions présidentielles ?

L’acquittement de Gbagbo et de Blé qui relance tout, panique sans doute Soro qui n’en dort pas dans ses fugues. Est-ce que cette France qui boue de l’intérieur, fragilisée par la pandémie, pourra encore porter sur son épaule autant de crimes ? La vérité dans les crises ivoiriennes qui n’avait pas été comprise et qui est sue aujourd’hui par le grand nombre, pourra-t-elle faire taire, même les français ?

Il y a eu trop de morts Soro Guillaume et vous vous en êtes porté garant. Tout ce que vous direz, sera retenu contre vous aujourd’hui et pourtant, les ivoiriens veulent avancer en voulant les motifs réels de ces milliers de morts depuis décembre 1999 à avril 2010. Soro, ça fait trop et ce livre écrit trop tôt, vous accable : « pourquoi, je suis devenu rebelle ? »

                                                            Joël ETTIEN

Content created and supplied by: BusinessActuality (via Opera News )

côte d'ivoire soro guillaume

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires