Sign in
Download Opera News App

News Entertainment

 

Movie TV

 

TV Video

Sandia Chouchou :"Quand je dansais avec Beynaud, je recevais 10.000 par prestation."

Il n'y a pas de sot métier dit l'adage. Mais avoir un sot métier qui ne permet pas à un individu de pouvoir vivre n'est pas un sot métier, en fait, ce n'est pas un métier tout court.

Aujourd'hui, nous avons décidé de faire incursion dans l'univers des danseurs, pas ceux qui font les ballets ou les représentations, mais plutôt ceux qui exécutent des chorégraphies, souvent de haute voltige derrière les artistes ivoiriens.


Il y a des années en arrière les danseurs et danseuses ivoiriennes ne touchaient pas le SMIG Il y a des années en arrière les danseurs et danseuses ivoiriens ne touchaient pas le SMIG (le salaire minimum interprofessionnel garanti), à peine si on peut appeler ce qu'il touchait salaire. À peine, si on peut appeler ce qu'il touchait salaire. En effet, l'artiste coupé décalé Sandia Chouchou, elle révélait ce 22 septembre au cours de l'émission "showbuzz" de NCI, que quand elle dansait au côté de Serges Beynaud, elle ne recevait que 10.000 francs par prestation.

Si ce n'est pas la passion, je ne pense pas que quelqu'un peut accepter une somme aussi dérisoire pour un travail qui demande des heures de veilles, nuits blanches.

Aujourd'hui, force est de constater que les danseurs et danseuses essayent de se mettre en association ou en groupement pour faire respecter leurs droits. Il faut avouer que depuis, les lignes ont commencé à bouger.


Kad'Cool

Content created and supplied by: Kad’cool (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires