Sign in
Download Opera News App

 

 

Or Lia (blogueuse) : "Internet est très puissant, j’invite les jeunes à ne pas y faire n’importe quoi"

A la faveur de son récent séjour à Abidjan, Anny Liverporh Abo dite Or Lia a réussi à réaliser ses rêves ardents : organiser un meet-up avec ses followers ivoiriens et faire un don à des enfants de sa commune de naissance, Marcory. En marge de ce voyage, la célèbre blogueuse vivant en France a visité les locaux d’Opera News Côte d’Ivoire, où elle s’est prêtée à nos questions. Découvrez la jeune coqueluche de la gent féminine qui crève la toile avec ses vidéos, depuis trois ans environ.

 

Qu’est-ce qui t’amène à Abidjan après toutes ces années passées en France ?

Je suis venue en Côte d’Ivoire après toutes ces années d’abord pour faire mon premier don. C’est qui me tenait vraiment à cœur. Comme vous l’avez dit, je suis née à Marcory donc je suis venue y faire mon premier don car j’ai toujours aimé les enfants.

Tu dis aimer les enfants. En as-tu déjà ?

Non, je n’ai pas encore d’enfants.

Combien comptes-tu en avoir ?

Je ne sais pas encore, mais je suis issue d’une famille de quatre enfants dont je suis la seule fille. Et j’ai toujours été amenée à prendre soin de mes frères.

Le nom d’Or Lia rime avec Internet. Pourrais-tu nous expliquer comment est arrivée ta passion pour cet outil ?

Après l’obtention de mon Bac professionnel, je n’avais pas vraiment les moyens de m’offrir des vacances de fou donc je passais toutes mes journées sur YouTube à regarder les tutoriels, à apprendre à me maquiller, me démaquiller, me remaquiller. C’est suite à cela que Or Lia est venue. Après avoir appris, j’ai donc voulu apprendre aux filles qui me suivaient, cinq mille personnes via SnapChat. C’est de là que j’ai créé ma chaîne YouTube et j’ai commencé à poster des tutoriels et ça a commencé à prendre.

Quelle est ta spécialité sur Internet ?

Je fais tout ce qui est maquillage de soirée, de jour et tout ce qui est make up, coiffure.

Comment as-tu appris le maquillage ?

Je n’ai pas fait de formation, je suis autodidacte. Comme je l’ai dit tantôt, c’est via YouTube.

Quel accueil te réservent tes followers à chaque fois que tu postes une vidéo ?

Ils sont super contents. Je ne fais pas que des vidéos sur la beauté, je fais aussi tout ce qui touche au bien-être de la femme. Je conseille les femmes sur leur intimité. Par rapport à tout cela, je reçois toujours des messages positifs, des remerciements de la part de mes followers qui me disent par exemple que je les ai sauvées et que grâce à mes vidéos, elles ont pu apprendre. On me remercie assez souvent.

Ne penses-tu pas qu’il serait aussi utile de prodiguer des conseils aux jeunes qui utilisent à mauvais escient Internet ?

Je passe déjà des messages dans ce sens. Internet est un moyen de communication très puissant, je les invite à ne pas y faire n’importe quoi. Sur SnapChat, YouTube, je donne des conseils dans ce sens.

Penses-tu que tes messages ont le même impact aussi bien en France que dans les pays africains ?

Ce sont deux mondes complètement différents donc je ne pense pas que mes messages aient le même impact. Les conseils que je donne en Europe ne seront pas évidemment perçus de la même manière ici.

Quelle orientation donnes-tu donc à tes followers en Afrique ?

Je les encourage à continuer les études. En Europe, on a la chance que l’école soit obligatoire jusqu’à l’âge de 16 ans donc on ne peut pas arrêter les études avant cet âge. Ce que je conseille ici, c’est vraiment que les jeunes continuent d’aller à l’école.

Or Lia pourrait-elle faire un jour le choix entre ses études et son activité de divertissement sur Internet ?

Je choisirai les études parce que tout ce que je suis en train de faire, malgré la notoriété et la visibilité, tout cela peut s’arrêter du jour au lendemain. Tandis que les études, le savoir, c’est quelque chose qui reste à vie.

Belle que tu es, combien de personnes te draguent chaque jour ?

Là franchement, pas beaucoup ! (elle rit aux éclats) Je pense que les hommes ont peur des personnes exposées dans le sens où ils disent que j’ai beaucoup d’abonnés donc ils n’ont pas envie de tenter. En toute honnêteté, je reçois très peu de dragueurs (elle sourit).

Lire la vidéo

Ton homme n’est-il pas inquiété par ta popularité ?

Ah non, pas du tout ! Je suis quelqu’un en qui il a confiance. D’ailleurs c’est lui et personne d’autres donc il n’y a pas de raison qu’il soit inquiet.

Qu’est-ce qu’Internet t’a rapportée en dehors de la visibilité ?

(Elle rit aux éclats) En plus de la visibilité, plus j’ai d’abonnés, plus j’ai de la visibilité, plus les marques viennent à moi afin que je fasse leur promotion.

Quelle est la plus grosse somme que tu as déjà touchée ?

En France, on parle en termes de contrat. C’était sur une très longue période et c’était 40.000 euros.

Or Lia confirme donc qu’elle vit de son activité sur Internet ?

C’est cela exactement, je ne travaille pas !

Te considères-tu comme influenceuse ou simple utilisatrice d’Internet ?

Je n’aime pas trop le terme "influenceuse", mais c’est le cas de le dire. Je n’ai pas mal de personnes qui me suivent à travers le monde comme au Sénégal, en Côte d’Ivoire, en France, en Espagne. Oui j’influence pas mal de personnes !

Quelle a été la réaction de tes parents quand tu commençais ton activité sur Internet ?

J’ai la chance d’avoir une mère assez souple, qui encourage énormément. Donc elle n’a pas eu de réaction plus que cela. Elle était contente pour moi. Tant que j’aimais ce que je faisais et que je ne faisais de mal à personne autour de moi, c’est très important pour elle. Elle était là pour moi. Mon père, lui, ne connaissait pas trop ce que je faisais, il ne comprenais pas trop au début. C’est au fur et à mesure qu’il a commencé à comprendre ce que je faisais. Mais il n’était pas contre non plus.

Réalisée par JM TONGA

Content created and supplied by: JMTONGA (via Opera News )

lia marcory

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires