Sign in
Download Opera News App

 

 

Gohou Michel : ce que vous ignorez sur lui

Gohou Michel nous raconte son histoire pathétique mais, remplie de conseils dans une vidéo posté sur Afro-Lingo TV il y a quelques semaines.

D'abord il dit à l'auditoire, qu'il n'est pas aller loin a l'école, il se présente ensuite et raconte son histoire. Michel Gohou est né à Djatégnoa, un petit village situé à quelques encablures de la ville de Gagnoa le 10 Décembre 1963, des parents cultivateurs mais pauvres.

Il commence l'école à partir de 07 ans, arrivé en classe de CE2 à l'âge de 10 ans, il a commencé à ressentir une terrible chaleur dans tout le corps. C'est le début de la maladie qui l'aura laissé la bosse. Il raconte qu'avec cette terrible chaleur sans le corps, il sentait que ses os se tordait.

Le mal a commencé à s'accentuer progressivement jusqu'à ce qu'il ne puisse plus marcher convenablement, celui-ci est donc rester à la maison Pour des soins pour réprendre l'école. Aucun médecin ni guérisseur n'a réussi à l'aider.

Il a quand même terminé l'année scolaire en cours et à été admis en classe supérieure CM1, il avait pour moyens de déplacement une canne qu'il tenait dans la main qui soutenait le pieds droit.

Il était donc toujours en retard en classe et se fesait battre par le maître qui ne considèrait pas le fait que ses retards répétés sont dûs à sa maladie

Le mal a fini par le clouer définitivement au sol en classe de CM2 à l'âge de 13 ans, il n'arrivait plus à mouvoir de ses membres inférieurs. Ce qui fesait trois ans que le jeune traînait un mal qui le rongeant durant tout ce temps là, avec les railleries de ses voisins de classe qui le traitaient de sorcier mangeur d'âmes, sans oublié le chicotte du maître malgré son état.

Étant abandonné à la maison par ses parents avaient perdu tout espoir de guérison pour leur fils et qui le regardaient mourir à petit feu, Gohou lui, continuait à croire en la providence.

Content created and supplied by: IrieLandry (via Opera News )

afro-lingo tv michel gohou

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires