Sign in
Download Opera News App

 

 

Dans Gbich, Simone Gbagbo attend Nady avec un pilon


Dans notre revue de presse du jour, nous sommes tombés sur le dernier numéro du journal satirique Gbich! de ce jeudi 29 Avril, qui propose, comme à ses habitudes, une couverture hilarante à couper le souffle. Le retour de Laurent Gbagbo y est caricaturé dans une représentation de ce qui s'apparente aux réalités du terrain politique.


Simone Gbagbo, d'un sourire jaune, le regard lorgnant Nady Bamba dont la main est tenue par Gbagbo, caresse son long pilon, qu'elle a spécialement envoyé à l'aéroport...



Elle n'y est pas venue pour piler du foutou. L'aéroport n'est pas un restaurant. Mais à regarder la tête de Nady, l'expression de son visage hagard et apeuré derrière ses lunettes noires, elle a bien l'air de se voir en mortier...

Nady, cette deuxième épouse qui tint compagnie à l'ex-président durant les dix ans que dura son supplice dans les geôles de la CPI, confrontée à une dualité avec Simone Ehivet, l'épouse légitime devant la loi, légitime devant la grande famille politique des GOR.


Dans sa parution du 28 Avril 2021, Jeune Afrique, à travers une plume du journaliste Vincent Duhem, écrit que le couple Laurent et Simone Gbagbo n'existe que sur papier, l'ex-président voulant divorcer, conscient, cependant, d'être contrarié par l'influence politique de l'ex première dame qui ne lui facilite pas la tâche. Il devra clarifier ses relations conjugales dès après son retour...


L'image caricaturale nous montre également un Pascal Affi N'guessan scotché à son fauteuil de président du FPI, qu'il s'est noué bien solidement avec une corde. Cèdera la place ou ne cèdera pas ? Lui qui avait déclaré à un journaliste de la NCI lors de la présidentielle d'Octobre 2020, que dès que Laurent Gbagbo rentrait, il lui laisserait reprendre le chapeau du chef, si tel est sa volonté.

Quant au magistrat qui tient la chaîne des 20 ans de prison d'un Gbagbo condamné à Abidjan pour la casse des caisses de la BCEAO, le président Ouattara n'a-t-il pas dit que l'État se rendait disponible pour assurer le retour de ses deux concitoyens, Blé Goudé et le Woudi ? Son langage, apaisant, rassurant, avait des couleurs de réconciliation ainsi que Blé Goudé disait qu'on n'assure pas les frais de voyage de quelqu'un vers son pays en vue de le faire arrêter.


Derrière l'homme à la toge, Simone et Affi, il y a ce peuple, venu en masse à l'aéroport muni de pancartes sur lesquelles on peut lire : "Akwaba Woudy'', "I love you Koudou". Ces milliers de personnes, amoureuses de la vision de Gbagbo et aussi de sa personne, qui ont cru avec lui jusqu'au bout. Malgré les railleries, le pessimisme des adversaires qui leur prédisaient un châtiment sans fin de tunnel, elles sont restées fermes dans leur foi en la libération de leur champion, en l'avènement de son retour qui leur donne de sourire, d'exulter, de jubiler, heureuses des retrouvailles historiques !


Louis-César BANCÉ

[email protected]



Content created and supplied by: LouisCésarBANCE (via Opera News )

cpi laurent gbagbo pascal affi n'guessan simone gbagbo

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires