Opera News

Opera News App

Le problème des cultures industrielles en Côte-d'Ivoire

Published 1 months ago - 22 views

Les pays africains, pour la plupart, sont connus pour être des nations agricoles. Pourvoyeurs de matières premières agricoles aux pays industrialisés, ces nations africaines paradoxalement sont encore pauvres et endettées. Et la Côte-d'Ivoire n'en est pas épargné.

Les cultures de rentes pratiquées en Côte-d'Ivoire sont, pour les plus connues, le cacao, le café, le coton, l'hévéa et l'anacarde. Ainsi, avec cette liste prestigieuse, le pays passe pour être comme "où tout réussit". Or, les producteurs ne sont, généralement, pas nantis à cause de difficultés d'écoulement ou de bas prix de leurs récoltes.

Le cacao

Sur le plan international, c'est pour cette culture que la Côte-d'Ivoire est connue puisque nous en sommes les premiers producteurs mondiaux. Pour notre cacao, nous faisons beaucoup le bonheur de millions de petits blancs amateurs de chocolat. Par ricochet, plusieurs employés des chocolateries vivent grâce au labeur des paysans ivoiriens. Et pourtant, les producteurs sont encore au niveau de réclamer des meilleures conditions de vie. Le prix de 1000f fixé cette année passe mal auprès des acheteurs-exportateurs. Ce prix bord champ est jugé comme exorbitant. De plus, le différentiel de revenu décent, prime spéciale de 243500f instituée par la Côte-d'Ivoire et le Ghana et qui rentre en vigueur cette année est devenu une pomme de discorde entre producteurs et exportateurs. En réalité, à l'inverse de ce qu'on voit avec les plaquettes de chocolat, les acheteurs veulent toujours imposer leur prix aux États producteurs. Et les autres cultures ne connaissent pas un meilleur sort.

La graine de cajou


Encore connue sous le nom d'anacarde, le cajou est produit au Nord et au centre. C'est une plante qui ne donne des fruits de qualité qu'en dehors des zones trop humides. Ainsi, dans le Nord ivoirien, les plantations de cette culture s'étendent partout, malheureusement, au détriment, très souvent, des cultures vivrières. À ce jour, la Côte-d'Ivoire est devenue là tête de liste mondiale des pays producteurs en coiffant l'Inde qui a longtemps été leader. Le seuil de 400.000 tonnes par an est franchi par notre pays qui ne consomme pourtant pas, ne serait-ce que les 1% de cette culture. En fait, elle ne rentre pas dans notre tradition alimentaire. Aucun producteur, à part sucer quelques pommes lors de la récolte, ne peut vous dire ce qu'on fait de sa noix. Aussi, le produit est totalement dépendant du bon vouloir de l'extérieur : des indiens eux-mêmes grands producteurs, des USA et autres. En conséquence, quand le marché est saturé, c'est la désolation chez les paysans. C'est d'ailleurs le cas pour la dernière récolte. Plusieurs productions ont été enlevées à crédit sous la période du pic du covid19. Et jusqu'à ce jour, ces paysans dans plusieurs régions du Nord attendent encore d'être payés. Pour d'autres, les produits sont stockés encore dans les maisons faute d'un bon preneur.

Le véritable problème, est que tout le monde semble braqué sur cette culture en reléguant aux seconds rangs la culture du riz, du maïs et surtout de l'igname. Or, ce sont ces cultures peu à peu délaissées qui sont consommées au quotidien. Qui donc fera comprendre à ces producteurs qu'une fortune se trouve également dans le vivrier ?

L'hévéa


En voici une autre culture très utile. Matière première pour la production de pneus, de sachets plastiques, de chaussures, de fauteuils plastiques, de bassines et seaux, etc., le latex issu de l'hévéa, a aussi connu une chute de son prix depuis plus de six ans maintenant dans notre pays. Ici, on se demande quel est le problème ? Y a-t-il surproduction ? Le latex ivoirien est-il de mauvaise qualité ? Seuls des spécialistes pourraient répondre.

Quoi qu'il en soit, le problème de l'hévéa s'apparente à celui du cajou. Il occupe la quasi totalité des terres cultivables dans ses zones de culture et la production de banane plantain en prend un coup, la forêt aussi.

Le café


De plus en plus, les ivoiriens s'intéressent à la consommation du café. Les tablettes " aboki " croissent en effet aux abords des gares, des établissements scolaires et dans les lieux publics fréquentés. Dans les familles, surtout aisées ou moyennement nanties, les tasses de café chaud sont aussi de plus en plus au menu.

C'est peut-être l'une des raisons pour laquelle le café commence à connaître une amélioration de son prix. Depuis, quelques années, le prix bord champ tourne autour de 600 f. Même si comparativement au coût du produit fini, le prix du kilogramme est encore faible, les paysans, eux, ne s'en plaignent pas trop comme pour d'autres cultures. Il faut aussi reconnaître que de plus en plus de café est moulu sur place, soit de façon artisanale soit industriellement. Le réel problème de la mévente de nos cultures industrielles résiderait là, dans la non-transformation de ces matières premières.

Content created and supplied by: Sino74 (via Opera News )

Tags:      

Côte Côte-d'Ivoire
Opera News is a free to use platform and the views and opinions expressed herein are solely those of the author and do not represent, reflect or express the views of Opera News. Any/all written content and images displayed are provided by the blogger/author, appear herein as submitted by the blogger/author and are unedited by Opera News. Opera News does not consent to nor does it condone the posting of any content that violates the rights (including the copyrights) of any third party, nor content that may malign, inter alia, any religion, ethnic group, organization, gender, company, or individual. Opera News furthermore does not condone the use of our platform for the purposes encouraging/endorsing hate speech, violation of human rights and/or utterances of a defamatory nature. If the content contained herein violates any of your rights, including those of copyright, and/or violates any the above mentioned factors, you are requested to immediately notify us using via the following email address operanews-external(at)opera.com and/or report the article using the available reporting functionality built into our Platform

VOUS AIMEREZ

Côte-d’Ivoire : Décès de Guy Alain Gauze (ancien ministre des Matières premières)

1 hours ago

5 🔥

Côte-d’Ivoire : Décès de Guy Alain Gauze (ancien ministre des Matières premières)

Savez-vous pourquoi mange t-on en groupe chez divers peuples africains ?

1 hours ago

15 🔥

Savez-vous pourquoi mange t-on en groupe chez divers peuples africains ?

11 bienfaits du petit cola qui te feront oublier son goût amer

8 hours ago

1159 🔥

11 bienfaits  du petit cola qui te feront oublier son goût amer

Voici 8 aliments qui soignent les organes auxquels ils ressemblent

9 hours ago

96 🔥

Voici 8 aliments qui soignent les organes auxquels ils ressemblent

Cette machine à piler le foufou produite en Afrique

22 hours ago

542 🔥

Cette machine à piler le foufou produite en Afrique

Une fille de 14 ans empoisonne son père,voici les faits.

1 days ago

90 🔥

Une fille de 14 ans empoisonne son père,voici les faits.

Côte d'Ivoire : vers un embargo de L'UE sur le cacao ivoirien

1 days ago

21 🔥

Côte d'Ivoire : vers un embargo de L'UE sur le cacao ivoirien

Scandale : une jeune fille de 14 ans empoisonne son père, voici les faits

1 days ago

5269 🔥

Scandale : une jeune fille de 14 ans empoisonne son père, voici les faits

A la découverte du "Dong Tao", le poulet dragon du Vietnam

1 days ago

5148 🔥

A la découverte du

Les secrets des millionnaires

1 days ago

4 🔥

Les secrets des millionnaires

COMMENTAIRES